En un mot, France info

En un mot. Cannes et ses cartons rouges

Le mot de l'actu du jour est "Cannes". Cela n'aura échappé à personne. Surtout pas à Nathalie Bourrus.

L\'actrice Sophie Marceau arrive au Festival de Cannes pour la projection de Shan He Gu Ren, le 20 mai 2015.
L'actrice Sophie Marceau arrive au Festival de Cannes pour la projection de Shan He Gu Ren, le 20 mai 2015. (VALERY HACHE / AFP)

"Cannes", mot qui vient du celte "Kan", et qui signifie "le sommet", "le haut lieu". En 999, le comte d’Antibes donna l’autorisation de bâtir une fortification. Ce sera Cannes, avec son village perché nommé le Suque.

Nous, les femmes

Cannes, haut lieu du cinéma, 71e édition. À partir de ce soir, ça tourne, on sera plein soleil. Dommage pour la pluie, elle attendra son tour. Pas comme les femmes, qui, cette année ont décidé de ne plus patienter. Ce festival pourrait être rebaptisé "Nous les femmes". Il y a peu, un gros monsieur plein de fric (désormais appelé le "porc"), est devenu le symbole d’une flopée de nanas tripotées de façon dégoûtante ou carrément  violées. Et comme ce monsieur est le principal pourvoyeur de futures stars, les choses sont devenues compliquées. Le cinéma a souffert. Au-delà des luttes sans merci dans ce milieu, il y a eu celles qui ont dénoncé. Et, les autres. Là, elles vont toutes se retrouver sous l’égide de la matrone féministe Cate Blanchett, 12e femme à présider le festival de Cannes.

Attention, plus personne ne bouge. Halte là, fin de chargeurs. Sur la Croisette, brûlante de cinoches en tout genre, et ou l’excentricité autrefois faisait le régal des photographe, les festivaliers ont reçu un avertissement en guise d’apéro, un flyer avec un ordre : "comportement correct exigé". Parce qu’on a fermé les yeux sur les agissements atroces de mecs immondes, on doit à présent cadenasser un festival, qui a toujours attiré pour ses débordements, ses foules en délire, ses dérapages de cinéphiles encore alcoolisés au premier projo du matin.

So scandal, so Cannes

Il y a toujours eu une bonne dose de dinguerie, et aussi de voyeurisme à Cannes. D’où le ravissement de chacun, quand le sein de Sophie Marceau est soudainement apparu, alors qu’elle foulait le tapis rouge. Idem pour les démonstrations de Madonna, en soutien-gorge. Ou les pieds nus de Brigitte bardot, dévalant une plage. Ou encore, les rires choqués, face à l’équipe hilare de la grande bouffe en 1973, clopes à la main, costumes satinés et nœuds paps. So scandal. So Cannes. So barré. Cette année, on s’excuse un peu de tout cela. Les selfies seront interdits sur le tapis rouge. On arrête de se regarder le nombril. On respecte le cinéma, et on brandit le mot "Femmes" du matin au soir. Elles sont majoritaires dans le jury. Également dans celui de Un certain regard, et de La caméra d’or. En un mot : samedi, la montée des marches sera 100% féminine. Oui, une marée de meufs. Tout un symbole. Mais seulement un symbole.      

L\'actrice Sophie Marceau arrive au Festival de Cannes pour la projection de Shan He Gu Ren, le 20 mai 2015.
L'actrice Sophie Marceau arrive au Festival de Cannes pour la projection de Shan He Gu Ren, le 20 mai 2015. (VALERY HACHE / AFP)