Cet article date de plus de huit ans.

La cyberguerre relancée entre les deux Corées

écouter (70min)
Séoul accuse le régime de Pyongyang d'avoir piraté 20.000 smartphones appartenant à des citoyens sud coréens. Un nouvel épisode de la "guerre électronique" entre Corée du Sud et Corée du Nord.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (© Maxppp - frontière entre la Corée du Sud et la Corée du Nord)

Selon les services secrets sud coréens, les pirates du Nord auraient utilisé des applications malveillantes déguisées en mini jeu vidéo. Ces jeux étaient en réalité des "chevaux de Troie" capables de prendre le contrôle du téléphone.

Le conflit entre les deux Corées ne se joue donc pas seulement à la frontière, mais aussi sur les réseaux informatiques. Selon des sources militaires, le régime de Pyongyang aurait doublé en deux ans le nombre de ses pirates, ils seraient près de 6.000. Paradoxal, alors que sa propre population n'a pas le droit de se connecter à Internet.

La Corée du Nord n'a pas seulement un but militaire, mais aussi commercial à être active dans ce domaine. A Pyongyang existe un centre informatique qui fait discrètement de la sous-traitance pour des entreprises étrangères. Selon un récent rapport sud-coréen, beaucoup de ces informaticiens nord-coréens travaillent ensuite en Chine et en Russie, ce qui permet ainsi de rapporter de précieuses devises à régime qui en a bien besoin.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.