En direct du monde, France info

En Suède, une exposition sur la fonte des glaces dans un faux iceberg qui fond

Des artistes ont reconstitué au musée Nordiska de Stockholm un iceberg qui se désagrège au fur et à mesure. Les failles laissent apparaître les différentes salles de l’exposition.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Le musée Nordiska à Stockholm accueille l\'exposition \"l\'Arctique, pendant que la glace fond\".
Le musée Nordiska à Stockholm accueille l'exposition "l'Arctique, pendant que la glace fond". (KARIN TERNBLOM / AFP)

Le musée Nordiska situé au centre de Stockholm, en Suède, abrite l'exposition L'Arctique, pendant que la glace fond, une exposition unique que ce soit sur le fond, car elle s’intéresse à tous les pays qui bordent l’océan arctique, comme sur la forme. Des artistes y ont en effet reconstitué un iceberg qui fond et qui craque au fur et à mesure. C'est dans ces failles que se trouvent les différentes salles de l’exposition. Les scientifiques qui l’ont montée affirment qu’il s’agit de la première exposition qui confronte l’histoire de l’Arctique avec la réalité d’aujourd’hui, celle du changement climatique.

Des outils d'Inuits aux déchets radioactifs

À travers des harpons, des tambours traditionnels, des traîneaux, ou des cartes géographiques sculptées dans des morceaux de bois venues du Groenland qui permettaient aux chasseurs inuits de se repérer, l'exposition retrace l'histoire de cette zone entourant le pôle nord qui comprend huit pays aux abords et l'intérieur du cercle polaire (la Norvège, la Suède, la Finlande, la Russie, l'Alaska, le Canada, le Groenland et l'Islande). Une histoire aujourd'hui menacée avec le changement climatique et la fonte des glaces qui touchent bien au-delà des quatre millions d’habitants qui vivent dans les régions arctiques.

Car l'histoire contemporaine rime avec développement de nouvelles routes maritimes, nouveaux gisements de matières premières et tourisme. Une réalité qui apporte aussi des menaces beaucoup plus immédiates : sous la glace apparaissent des déchets radioactifs issus de la guerre froide ou des maladies, comme l’anthrax, qui avaient disparu depuis des décennies. Sanne Houby-Nielsen, directrice du musée Nordiska explique ainsi que "les frontières entre les régions arctiques, et les régions nordiques, et le reste du monde, se sont effacées. Avec le changement climatique nous faisons maintenant tous partie de l’Arctique".

Sous la glace, des vestiges vieux de milliers d'années

Les déchets sous la glace et autres vestiges apparaissent lors de la fonte des glaces. Un phénomène auquel s'intéresse les archéologues qui pratiquent l'archéologie glaciaire, une archéologie d’urgence car à l'air libre, les vestiges se décomposent très rapidement. "Des vestiges qui ont été conservés dans la glace pendant des milliers voire des millions d’années, comme des animaux préhistoriques, des vêtements, des traces laissées par les chasseurs de baleine du 17e siècle, remontent à la surface", raconte ainsi la professeure Lotten Gustafsson, responsable scientifique de l’exposition. "Et parfois à une telle vitesse qu’il faut se dépêcher pour les protéger."

Une vingtaine de webcam sont également mises en place. Le visiteur est invité à regarder ce qui se passe en direct dans des villes comme Mourmansk, ou une station météo perdue dans la taïga, ou encore un port lointain pris dans la glace. Tout cela est à voir au musée Nordiska de Stockholm, au moins pendant un an.

Le musée Nordiska à Stockholm accueille l\'exposition \"l\'Arctique, pendant que la glace fond\".
Le musée Nordiska à Stockholm accueille l'exposition "l'Arctique, pendant que la glace fond". (KARIN TERNBLOM / AFP)