En Islande, les voyageurs vaccinés contre le Covid-19 peuvent entrer dans le pays

écouter (3min)

Depuis jeudi, les touristes qui peuvent prouver avoir été entièrement vaccinés ou qu'ils ont déjà eu le Covid-19 peuvent entrer sans autre forme de contrôle.

Article rédigé par
Jérémie Richard, édité par Pauline Pennanec'h - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un cycliste à Reykjavik (Islande). (ARNAUD JOURNOIS / MAXPPP)

L'Islande devient jeudi 18 mars l'une des premières nations européennes à ouvrir ses frontières extérieures de Schengen à des ressortissants de pays tiers. Les certificats de vaccination des membres de la zone de libre-circulation, qui comprend 26 pays européens, mais aussi les carnets jaunes délivrés par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) sont valables à l'arrivée dans le pays. Seuls les vaccins autorisés contre le Covid-19, à la fois par l'Agence européenne des médicaments et l'OMS, sont acceptés : Pfizer, Moderna, AstraZeneca et tout récemment, Janssen. Présenter ce sésame exempte des mesures qui s'appliquent autrement pour pouvoir entrer en Islande, à savoir un test PCR négatif de moins de 72 heures suivi d'un autre double test avec une quarantaine de cinq jours entre les deux.

Par ailleurs, les voyageurs qui peuvent également prouver avoir été infectés précédemment par le Covid-19, soit par un test PCR positif de plus de 14 jours, un test sérologique ou un test antigénique rapide, échapperont aussi aux restrictions d'entrée, comme c'est le cas depuis le 10 décembre dernier pour les voyageurs de l'espace Schengen.

Relancer le tourisme

Le gouvernement souhaite que ces mesures, déjà en vigueur pour les visiteurs provenant de l'espace Schengen depuis le mois de décembre, soient étendues à tous les entrants "quelle que soit l'origine", explique le ministère de la Santé. C'est aussi une volonté politique de relancer le tourisme dont l'Islande est hyper-dépendante. "C'est très important que nous puissions également accueillir des personnes venant, par exemple, du Royaume-Uni et des États-Unis qui sont deux marchés clés pour le tourisme en Islande", confie Sigríður Guðmundsdóttir, à la tête de Visit Iceland, site internet de l'agence gouvernementale de promotion du pays. "La majorité des visiteurs viennent des États-Unis puis les touristes britanniques sont en deuxième position", poursuit-il. Sur les deux millions de touristes à être venus en Islande en 2019, plus d'un tiers étaient originaires des Etats-Unis et du Royaume-Uni.

Le secteur touristique retrouve le sourire. Même à travers son masque, Melissa Munguia, directrice d'hébergement de Center hotels, deuxième plus grosse chaîne d'Islande, ne cache pas son enthousiasme. "Nous célébrons bien évidemment cette nouvelle et la réaction rapide du gouvernement parce que le tourisme est une industrie qui a été très durement touchée", explique-t-elle.

C'est comme un ticket vers l'avenir, c'est la lumière au bout du tunnel que l'on voit venir. C'est vraiment une très bonne nouvelle !

Melissa Munguia, directrice d'hébergement de Center hotels

à franceinfo

Pas de boom touristique attendu pour autant ce jeudi : il n'y a qu'un seul vol international prévu à l'atterrissage. L'annonce du gouvernement date d'il y a deux jours et de nombreux pays interdisent toujours de voyager à l'étranger. Les spécialistes du secteur ne s'attendent donc pas à un flot plus important de voyageurs avant au moins deux mois.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.