En direct du monde, France info

En Inde, une loi remet en cause la citoyenneté des musulmans

Une réforme de la citoyenneté en Inde facilite la naturalisation de personnes originaires de trois pays voisins, mais exclut les musulmans.

Des manifestants crient des slogans contre le projet de loi sur la citoyenneté 2019 (CAB) du gouvernement, à New Delhi le 11 décembre 2019.
Des manifestants crient des slogans contre le projet de loi sur la citoyenneté 2019 (CAB) du gouvernement, à New Delhi le 11 décembre 2019. (MONEY SHARMA / AFP)

En Inde, le projet de loi sur l'attribution de la citoyenneté prévoit de faciliter la naturalisation des Afghans, Pakistanais et Bangladais. Ils pourront devenir Indien au bout de 6 ans de résidence au lieu de 11 ans. Cette naturalisation est accordée aux minorités religieuses ayant fui les pays voisins. Mais le texte concerne seulement les minorités issues de 6 groupes religieux, notamment les hindous, les chrétiens et les bouddhistes, les musulmans ne sont pas concernés. L’islam est ainsi la seule grande religion régionale exclue de cette réforme. Le gouvernement, dirigé par les nationalistes hindous, affirme que cela doit permettre à des minorités persécutées dans les pays musulmans de trouver refuge en Inde.

Des citoyens de seconde zone

L’objectif de cette loi serait d’empêcher les immigrés musulmans de devenir Indien. Premier exemple, dans l’État de l’Assam, au nord est de l’Inde, les autorités viennent de mener un recensement de la population, pour détecter les immigrés illégaux. Ce sont 1 900 000 Indiens qui n’ont pas réussi à prouver leur ascendance indienne. La majorité, soit environ 700 000 personnes, sont des musulmans, et 500 000 sont hindous. Grâce à cette réforme, les hindous pourraient garder leur nationalité alors que les musulmans seraient renvoyés devant les tribunaux et menacés de devenir apatrides. Cette loi créé donc une discrimination légale en faveur des hindous. Elle permet d’avancer vers la constitution d’un État religieux, où les musulmans seraient des citoyens de seconde zone. Le gouvernement prévoit d’étendre ce recensement des immigrés illégaux à tout le pays, et les musulmans indiens commencent à avoir peur. 

Une loi inconstitutionnelle pour l'opposition

Certains parlementaires affirment que cette loi est inconstitutionnelle, car elle viole les principes de laïcité et d’égalité, inscrits dans la loi fondamentale indienne. Et ils ont déjà prévu de la contester devant la Cour suprême. Dans le nord-est du pays, où l’essentiel des immigrés hindous pourraient être naturalisés, la population manifeste violemment depuis plusieurs jours contre la réforme. Ils accusent le gouvernement de vouloir hindouiser cette région. Des véhicules ont été incendiés, internet a été coupé et l’armée a dû être envoyée en renfort.

Des manifestants crient des slogans contre le projet de loi sur la citoyenneté 2019 (CAB) du gouvernement, à New Delhi le 11 décembre 2019.
Des manifestants crient des slogans contre le projet de loi sur la citoyenneté 2019 (CAB) du gouvernement, à New Delhi le 11 décembre 2019. (MONEY SHARMA / AFP)