En direct du monde, France info

En Espagne, un peintre est accusé ne pas réaliser ses tableaux lui -même

Les médias l’avaient surnommé le Warhol espagnol.  Antonio de Felipe exposait dans de grandes institutions.  Ses cadres pop, plein de couleurs et d’humour, plaisent au plus grand nombre et se sont très bien vendus pendant vingt ans. Antonio de Felipe insistait beaucoup sur les heures de travail qui se cachaient derrière ses oeuvres. Sauf que ce travail n’est pas le sien. Affirmation d'une artiste japonaise qui a porté plainte, elle aurait peint toutes les oeuvres de Felipe depuis dix ans.    

(CHRIS HONDROS / GETTY IMAGES EUROPE)

Il y a deux versions. D’un côté Fumiko Negishi dont le témoignage est recueilli par le journal El Español.com. C’est là que Negishi lance ces accusations. Le journaliste lui montre le catalogue des oeuvre et elle indique quelles sont celles qu’elle a peintes. En gros, toutes depuis 2006, car De Felipe aurait délégué peu à peu tout le travail. Lui dit au contraire qu’il est l’auteur, qu’il formulait les idées et donnait ses indications à son assistante. Elle, “C’est une simple ouvrière”, dit-il. De Felipe dit qu’il n’est pas le seul à travailler avec des assistants. C’est vrai, Warhol avait son atelier. Aujourd’hui on sait que Jeff Koons ou que Damien Hirsh travaillent en équipe mais la grande différence, c’est que ces derniers le disent ouvertement, ils montrent à la presse comment ils travaillent. Alors que De Felipe, lui, dit qu’il passe des heures à peindre, mais n’a jamais parlé d’un travail d’équipe et la vérité, c’est que personne ne l’a jamais vu un pinceau à la main. 

La preuve en peignant

L’artiste japonaise a proposé au journaliste qui l’interrogeait de peindre une toile, devant lui. Et pendant 4 jours, dans la rédaction, elle a peint le portrait du directeur du journal. Et elle met au défi Antonio de Felipe de faire aussi bien ! Il faut reconnaitre que la peinture ressemble énormément à ses oeuvres. De Felipe répond qu’il peint ! "1000 fois mieux”, que si un juge le lui demande, il s’exécutera mais ce n’est pas trop le style de la justice espagnole, qui en général fait plutôt appel à des experts. Mais au cas où la justice ne veuille pas se prêter à ce cirque, le journal El  Español.com en revanche, tient ses locaux à disposition du peintre. S’il relève le défi !

Antonio de Felipe est un peintre connu 

C’était un artiste connu, parce qu’il était médiatique, ces oeuvres sont faciles d’accès, il n’y a pas de message intellectuel derrière, pas d’art abstrait, c’est toujours figuratif. De Felipe joue avec les grands figures de la culture, avec les Meninas de Velazquez par exemple, mais aussi avec Audrey Hepburn ou Maryline Monroe, la famille royale espagnole ou encore avec La Vache Qui Rit. Bref, il prend des icônes populaires, les détourne souvent avec humour et cela fonctionne bien auprès du grand public. Les critiques eux sont partagés, les plus sévères parlent d’un communiquant qui sait se mettre en scène et de “posters” qui se vendent très cher. Il faudra surveiller, dans les prochaines semaines, si ces oeuvres continuent de se vendre, surtout celles qu’il devra faire sans Fumiko Negishi. Cette dernière relance sa carrière en solitaire. Elle compte faire une série de portraits, avis aux amateurs !

 

(CHRIS HONDROS / GETTY IMAGES EUROPE)