En direct du monde, France info

En direct du monde. En Inde, l’étonnante complicité de l'ex espion en chef indien avec son homologue pakistanais

Les deux maîtres-espions publient ensemble Spy Chronicles (Chroniques d'espions), un recueil de leurs conversation, dans lequel le lecteur découvrira d'étonnants moments de compicité.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
 Des oiseaux volent au-dessus de la grande mosquée de Shahjahânabâd, en Inde.
 Des oiseaux volent au-dessus de la grande mosquée de Shahjahânabâd, en Inde. (NOEMI CASSANELLI / AFP)

Quand deux anciens chefs de renseignement de deux pays ennemis se rencontrent et discutent librement, cela offre des moments exceptionnels. Et c'est ce qui est arrivé entre les deux espions en chefs de l'Inde et du Pakistan. Ils viennent de publier un livre de leurs conversations, Spy Chronicles ("Chroniques d'espions"). Amarjit Singh Dulat et le général Asad Durani ont respectivement dirigé les services de renseignements indiens et pakistanais dans les années 1990 et se sont rencontrés lors des conférences informelles menées ces derniers années en Thaïlande, dont le but est de rétablir le dialogue entre les deux voisins ennemis.

La candeur de leur dialogue surprend

Ce rapprochement semble avoir été efficace : la candeur de leur dialogue surprend quand on sait que l'Inde et le Pakistan se sont déjà menés trois guerres et s'affrontent régulièrement le long de la frontière. Aujourd'hui à la retraite, les deux ex-espions en chef prennent du recul et insistent sur leurs similarités et celles de leurs peuples voisins. Et dévoilent même une franche amitié. L'Indien révèle ainsi qu'il a récemment aidé le fils de son homologue pakistanais à se sortir d'une situation épineuse quand ce dernier était à Bombay. Il se ravit aussi que sa propre fille a sympathisé avec des Pakistanais quand elle vivait aux États-Unis. Nous sommes loin, donc, de l'hostilité nationaliste que l'on entend régulièrement dans les deux pays. Ils vont même plus loin et livrent leur opinion sur des sujets délicats, comme la question du Cachemire, au centre de cet ouvrage.

Le Cachemire et... Oussama Ben Laden

Si les deux hommes ne s’accordent pas toujours, ils se permettent des positions peu orthodoxes : l'Indien soutient que la solution au conflit du Cachemire indien ne peut être militaire, et qu'il faut engager un vrai dialogue politique, alors que New Delhi a fait de cette région l'une des plus militarisées du monde et se contente de réprimer toute opposition. Mais le plus explosif vient du général Durani : le Pakistanais affirme en effet dans ce livre que les autorités de son pays savaient où se trouvait Ousama Ben Laden et qu'elles auraient conclu un marché avec les Américains pour qu'ils viennent abattre l'ancien chef d'Al-Qaïda.

Mais Washington, une fois le terroriste éliminé, n'aurait pas respecté sa part du contrat et Islamabad a depuis condamné l'opération américaine. Les autorités pakistanaises n'ont ainsi pas apprécié ces révélations supposées du général, ni d'ailleurs le fait que leur ancien chef des renseignements s'entretienne aussi ouvertement avec son homologue indien. Une enquête a donc été ouverte contre le Général Durani par l'état-major pakistanais, et ce dernier a maintenant interdiction de sortir du territoire.

 Des oiseaux volent au-dessus de la grande mosquée de Shahjahânabâd, en Inde.
 Des oiseaux volent au-dessus de la grande mosquée de Shahjahânabâd, en Inde. (NOEMI CASSANELLI / AFP)