En direct du monde, France info

En Corée du Sud, des produits à la gloire de Kim Jong-un

Certains Sud-Coréens n’hésitent plus à faire l’apologie du dirigeant nord-coréen ou même à s’en servir dans un but commercial.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Le président sud-coréen Moon Jae-in (à gauche) et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, le 19 septembre 2018 lors d\'un sommet à Pyongyang. 
Le président sud-coréen Moon Jae-in (à gauche) et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, le 19 septembre 2018 lors d'un sommet à Pyongyang.  (KCNA VIA KNS / AFP)

À Séoul, en Corée du Sud, l’image de Kim Jong-un, le dictateur nord-coréen, a changé de façon étonnante : alors que la péninsule coréenne craignait un conflit nucléaire l’année dernière, cette année, certains Sud-Coréens n’hésitent plus à faire l’apologie de Kim Jong-un, ou même à s’en servir dans un but commercial. Une entreprise sud-coréenne a par exemple commercialisé des produits de soin pour la peau avec son image.

Des masques de beauté à l'effigie de Kim Jong-un

Leur emballage montre un Kim Jong-un tout sourire, et promet "un pack nucléaire" qui rafraîchit et blanchit la peau, tout ça pour trois euros. Le succès a été viral : des clients ravis ont même publié sur les réseaux sociaux des photos avec ce masque Kim Jong-un sur le visage. L’entreprise en a vendu plus de 25 000 exemplaires avant que les nombreuses critiques ne l’obligent à retirer le produit de la vente. Ces critiques ont rappelé que Kim Jong-un est un dictateur sanguinaire, accusé d’enfermer des dizaines de milliers de Nord-Coréens dans des camps de concentration. Certains considèrent que ces masques banalisent la menace nucléaire, donnent une image sympathique et drôle de Kim Jong-un et constituent ainsi une forme de propagande pour son régime.

"Il aime le basket, le sport et les ordinateurs"

Mais ce n’est pas le premier exemple de ce type. Fin novembre, un puzzle en 3D représentant le dirigeant nord-coréen a été vendu à l’intention des enfants par une chaîne de télévision éducative publique. Ce jouet représentait un Kim Jong-un cartoonesque, souriant. "Il aime le basket, le sport et les ordinateurs", précisait la légende. Face à la levée de boucliers provoquée par son puzzle, le fabricant l’a retiré de la vente et présenté ses excuses. Autre exemple surprenant : début décembre, le directeur d’une association pro-Kim, appelée "Comité de bienvenue pour le Grand Homme", a fait scandale quand il a déclaré sur les ondes de la télévision publique qu’il était un grand fan de Kim Jong-un et qu’il appréciait "son attitude humble" et "ses réussites économiques". Ces anecdotes semblent montrer que grâce à la détente actuelle, Kim Jong-un a au moins réussi à améliorer considérablement son image en Corée du Sud.

Les milieux conservateurs sud-coréens furieux

Cette année, un sondage a montré que les Sud-Coréens font davantage confiance au dictateur nord-coréen qu’au Premier ministre japonais. C’est comme si les violations des droits de l’Homme, les menaces de guerre ou la crise humanitaire qui frappe le Nord étaient oubliées. Les milieux conservateurs sud-coréens sont furieux. Ils accusent leur gouvernement de tolérer des actes et des déclarations pro-Nord qui sont, en théorie, passibles de peine de prison. La loi sud-coréenne condamne en effet tout acte ou déclaration pouvant bénéficier l’ennemi nord-coréen. Cependant, si les tensions reprennent, si Pyongyang procède à un nouvel essai nucléaire ou renouvelle ses menaces, cette sorte d’amnésie collective qui frappe une partie de la société sud-coréenne devrait rapidement se terminer.

Le président sud-coréen Moon Jae-in (à gauche) et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, le 19 septembre 2018 lors d\'un sommet à Pyongyang. 
Le président sud-coréen Moon Jae-in (à gauche) et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, le 19 septembre 2018 lors d'un sommet à Pyongyang.  (KCNA VIA KNS / AFP)