En direct du monde, France info

En Chine, Apple permet à l'État chinois d'accéder aux données personnelles iCloud

En Chine, l'Américain Apple a annoncé qu'il allait stocker les données personnelles iCloud de ses utilisateurs chinois en Chine, chez un partenaire local, pour se conformer à la loi sur la cybersécurité. De quoi inquiéter sérieusement les Chinois.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Un magasin Apple à Shanghaï.
Un magasin Apple à Shanghaï. (MAXPPP)

Les intérêts commerciaux passent visiblement avant la protection des données privées pour Apple en Chine. La mesure annoncée par le géant américain en janvier entre en vigueur mercredi 28 février 2018. Les données des utilisateurs iCloud seront stockées non pas aux États-Unis mais dans l'Empire du Milieu, chez un partenaire local d'Apple. Elles comprennent des photos, des contacts, des messages. La mesure ne concerne que les utilisateurs d'iCloud en Chine. Le service est géré précisément par Guizhou-Cloud Big Data, une jeune entreprise chinoise, directement financée par le gouvernement chinois. Elle est basée dans le sud-ouest de la Chine, dans le Guizhou, une région devenue pionnière dans les méga données. Le géant américain a prévenu ses utilisateurs en janvier 2018 qu’ils avaient le choix de rester, de fermer leur compte ou alors de changer de zone géographique pour éviter que leurs données personnelles ne passent sous le contrôle de l’État chinois.  

Accès aux données personnelles

C’est ce qu’a fait M. Qian, un utilisateur inquiet. Il stockait jusque-là beaucoup de données personnelles sur l’iCloud de son iPhone. "Ce sont des secrets personnels, s'indigne M. Qian. Même si ces informations ne valent pas grand-chose, elles sont à moi. C’est ma vie privée. De plus, il y a des gens qui vont utiliser ces informations pour m'envoyer des publicités. Cela ne me plaît pas. Et surtout, ils vendront ces informations. Vous savez qu’en Chine, les informations personnelles sont très mal protégées", indique-t-il. M. Qian a donc changé son compte de zone géographique, quelque part en dehors de Chine mais pas à Hong Kong, où il estime qu’il n y a plus assez de sécurité.

Les intérêts commerciaux avant les droits humains

Il y a 10 ans, Yahoo avait laissé les autorités chinoises accéder aux données de ses clients. La même chose se reproduit donc avec Apple qui viole ses engagements en ne garantissant plus la protection des données sauvegardées dans l'iCloud en Chine. Mais ce n’est pas la première fois qu'Apple cède devant le régime de Pékin. En 2017, Apple avait retiré de ses iPhone les services VPN qui permettent de contourner la censure. Cette fois, Apple donne la gestion des données personnelles de son iCloud à son partenaire chinois. Apple répond ainsi à la réglementation chinoise qui impose que les données collectées auprès des utilisateurs en Chine, restent sur le sol chinois. Malgré les critiques que cela suscite, la compagnie américaine estime qu’il est stratégique de maintenir sa présence en Chine.

Un magasin Apple à Shanghaï.
Un magasin Apple à Shanghaï. (MAXPPP)