En Bolivie, une enquête après la mort de 35 condors possiblement empoisonnés

écouter (3min)

L'hypothèse la plus probable est celle de l’ingestion par ces condors d’un morceau de viande empoisonné par un éleveur. Ce n'est malheureusement pas la première fois que de tels faits se produisent.

Article rédigé par
Alice Campaignolle - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
35 condors ont été retrouvés morts dans la région de Tarija en Bolivie ( 09 février 2021).  (AUTONOMOUS DEPARTMENTAL GOVERNMENT HANDOUT / MAXPPP)

En Bolivie 35 condors ont été retrouvés morts il y a quelques semaines dans la région de Tarija, dans le sud du pays. Un véritable drame, le Condor est un animal protégé, il n’en reste qu’environ 6000 individus dans le monde. Il vit en Amérique du Sud, dans les régions andines : Bolivie, Pérou, Equateur, Colombie, Argentine.

Selon les premières conclusions des experts présents sur place, ce serait un empoisonnement qui aurait causé la mort de ces animaux. 35 individus 18 mâles et 17 femelles, qui représentent en tout 2,5% de la population de condors du pays, c’est une véritable hécatombe. Les images sont assez impressionnantes, on voit sur les photos, la trentaine de cadavres de ces animaux répartis sur une colline rocheuse. Ils sont très imposants car leur envergure peut aller jusqu’à 3 mètres.
L’hypothèse la plus probable c’est l’ingestion par ces condors d’un morceau de viande empoisonné par un éleveur, qui avait l’intention de tuer un puma pouvant potentiellement attaquer ses troupeaux. C’est une autre cible qui a été atteinte, 35 oiseaux protégés, ce chiffre en fait l’abattage de condors le plus grave depuis une décennie.

Ce n'est pas un acte isolé 

ll y a malheureusement des cas similaires dans les pays voisins. En Argentine en 2018 et en 2019 ou en Colombie en 2014, par exemple. Parfois les éleveurs tuent intentionnellement ces oiseaux car ils les accusent - à tort - de s’attaquer à leurs bêtes. Les condors sont des charognards, ils ne s’en prennent pas aux animaux vivants, ou de façon très exceptionnelle.
La principale menace, pour le condor des Andes, c’est l’expansion de la frontière agricole, les cultures et les troupeaux, qui, petit à petit vont venir grignoter le territoire de ces oiseaux. En Patagonie en 2018 des dizaines de condors ont été retrouvés morts après un empoisonnement dû à l’utilisation par les agriculteurs dans leurs champs de pesticides très toxiques, pourtant interdits dans le pays.

D'autres victimes parmi les animaux 

Grâce à différents écosystèmes présents sur tout son territoire, la Bolivie accueille une faune absolument exceptionnelle. Et ce n’est pas toujours facile de protéger les animaux de la frontière agricole ou du braconnage. Le jaguar en est l’une des victimes, il est chassé et tué pour ses canines qui, en Chine notamment, sont reconnues pour leurs vertus aphrodisiaques. Mais il y a également le tatou des Andes, traqué pour sa carapace, ou le dauphin rose de l’Amazonie tué pour être utilisé comme appât pour les poissons carnivores. La biodiversité exceptionnelle de la Bolivie impose aux autorités une attention décuplée face à la menace humaine. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.