Dernières pages avant la nuit, France info

Frédéric Lenoir termine ses journées en poésie

Le philosophe et historien des religions passe la plupart de son temps à lire.... pour écrire. "Avec bonheur" précise le penseur, que ce soit Montaigne ou Spinoza. Même s'il reconnaît que "l'Ethique" de Spinoza est rebutant au départ. Ca demande de s'accrocher. "Je l'ai lu une vingtaine de fois. Il y a des lectures arides au départ, qui deviennent du miel quand on apprend à les connaître".

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(©)

Frédéric Lenoir explique avoir été piqué par le virus de la philosophie dès 13 ans, lorsqu'il découvre "Le Banquet " de Platon. Un âge où l'on lit plutôt des BD. Mais l'un n'empêche pas l'autre. Le philosophe reste d'ailleurs un grand fan de Tintin, ou de séries comme Thorgal ou XIII. C'est un peu dit-il "mes madeleines de Proust à moi".

Et puis il y a la poésie, qu'il lit quasiment tous les soirs. "Ce sont mes seuls livres de chevet. La poésie me touche le coeur, me vide la tête et en même temps me nourrit".

(©)