Dans une autre vie, France info

Dans une autre vie, Daniel Narcisse aurait voulu être joueur de basket et évoluer en NBA

S'il n'avait pas été quatre fois champion du monde de handball, Daniel Narcisse aurait voulu être joueur de basket et évoluer en NBA. Il le raconte à Jacques Vendroux.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Daniel Narcisse, joueur de handball au PSG pendant un match de la Champions League contre Bjerringbro-Silkeborg, le 11 janvier 2017.
Daniel Narcisse, joueur de handball au PSG pendant un match de la Champions League contre Bjerringbro-Silkeborg, le 11 janvier 2017. (STEPHANE ALLAMAN / STEPHANE ALLAMAN)

Daniel Narcisse est l'une des figures les plus emblématiques du handball français : quatre fois champion du monde, trois fois champion d'Europe, deux fois champion olympique. Champion de France en club avec le Paris Saint-Germain et une ligue des Champions avec Kiel (Allemagne). Karabatic, Omeyer, Richardson sont ses coéquipiers de l'époque. C'est un exemple et surtout l'un des meilleurs joueurs du monde.

"Jouer en NBA au basket"

"Jouer en NBA au basket. Tout simplement parce que cela fait partie de mes passions aussi. J'ai pendant longtemps fait du basket et du handball en même temps. Cela me donnait de longues saisons et de longues semaines et c'est vrai que c'est un sport que j'adore que je regarde encore aujourd'hui. J'aurais aimé devenir basketteur. Tony Parker a tapé haut quand même. Le gars a quatre titres NBA. C'est quand même énorme ! Il fait partie d'un groupe de Hall of Fame qui est quand même assez incroyable. Je ne vois pas un autre français aujourd'hui capable d'avoir autant de bagues aux doigts. Par moment, j'ai l'impression on ne se rend pas compte vraiment de ce que Tony Parker a réussi à faire en NBA", dit Daniel Narcisse. 

Daniel Narcisse, joueur de handball au PSG pendant un match de la Champions League contre Bjerringbro-Silkeborg, le 11 janvier 2017.
Daniel Narcisse, joueur de handball au PSG pendant un match de la Champions League contre Bjerringbro-Silkeborg, le 11 janvier 2017. (STEPHANE ALLAMAN / STEPHANE ALLAMAN)