Complorama, France info

Dissolution de Génération identitaire : les liens qui unissent droite radicale et complotisme

Théorie du grand remplacement ou remigration, certains concepts et symboles sont communs à la sphère complotiste et à la droite identitaire, comme par exemple Génération identitaire.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Des militants du groupe Génération identitaire à Paris, le 20 février 2021.
Des militants du groupe Génération identitaire à Paris, le 20 février 2021. (JULIEN MATTIA / ANADOLU AGENCY / AFP)

Le groupe d'extrême droite Génération identitaire, créé en 2012, a été dissous le 3 mars dernier. Dans le décret de dissolution, il est écrit qu'il s'agit d'une association qui "promeut une idéologie incitant à haine, à la violence ou à la discrimination des individus à raison de leur origine, de leur race ou de leur religion", mais le complotisme ne fait pas partie des griefs évoqués dans ce décret. 

Plusieurs liens unissent un groupe comme Génération identitaire et le complotisme. Un homme incarne ce mélange des genres : Brenton Tarrant.

Selon Tracfin, un organisme chargé de lutter contre le financement du terrorisme, cet Australien qui a exécuté 51 musulmans en mars 2019 à Christchurch en Nouvelle-Zélande, participait au financement de Génération identitaire. L'extrêmiste a également écrit le manifeste "The great replacement" (le grand remplacement), une théorie largement diffusée au sein de la sphère complotiste et forgée par Renaud Camus. 

Autre notion diffusée à la fois par les complotistes et les militants de la droite identitaire : la remigration.

Au delà des idées, il y a aussi des symboles qui naviguent entre ces deux mondes. C'est le cas du lambda grec (λ), autrefois sur les boucliers des guerriers spartiates qui luttaient contre l'invasion de soldats orientaux, un symbole qu'on retrouve aujourd'hui lors des manifestations de Génération identitaire ou sur des mèmes diffusés sur les réseaux sociaux par cette jeune communauté extrêmiste. 

Droite identitaire et complotisme : c’est le quatrième épisode de Complorama, avec Rudy Reichstadt, directeur de Conspiracy Watch, et Tristan Mendès France, maître de conférence et membre de l’observatoire du conspirationnisme, spécialiste des cultures numériques. Un podcast à retrouver une semaine sur deux sur le site de franceinfo, l'application Radio France et plusieurs autres plateformes comme Apple podcastsSpotify, ou Deezer.

 

Des militants du groupe Génération identitaire à Paris, le 20 février 2021.
Des militants du groupe Génération identitaire à Paris, le 20 février 2021. (JULIEN MATTIA / ANADOLU AGENCY / AFP)