Cet article date de plus de neuf ans.

Y a-t-il un cuistot dans l'avion ?

écouter (3min)
À chaque départ en voyage, qu'on prenne l'avion, le train, le bus ou la voiture, la même phrase revient : "A quelle heure on mange, et quel est le menu ? " La nourriture dans les transports, tout un programme...
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (©)

On a tous eu
droit au sandwich caoutchouc dans les trains, aux deux pauvres biscuits faisant office de repas sur les compagnies à bas
prix
, ou encore aux boissons chaudes servies dans les bus. Et qui n'a jamais pesté contre les arnaques des rayons frais dans les
stations services lève le doigt. Et bien cette semaine, avant les grands départs en vacances, nous vous invitons à partager les repas de pilotes et d'astronautes.

Philippe Lacroute et Jean-Michel Buffet, pilotes de ligne, se sont connus dans un cockpit en 1999. De cette rencontre en vol est né : leLacroute & Buffet, un guide interactif des bons plans culinaires à travers le monde. Une mine d'idées pour les voyageurs et plus encore, car le Lacroute & Buffet prône une certaine éthique sous la forme d'un partenariat avec le Programme Alimentaire Mondial, l'agence onusienne pour la lutte contre la faim. 

D'après Jean-Michel Buffet, "les métiers de chef et de commandant de bord sont finalement très proches" :  il faut à la fois de la technique et du cœur.

Pour les astronautes, la
difficulté due à l'impesanteur limite le plaisir d'un bon repas.
Jean-Pierre Haigneré est resté six mois
dans l'espace. Les repas rythmaient sa vie et permettaient de célébrer certains événements, comme son 50e anniversaire. Ce type de repas apportait une forme de réconfort à l'équipage. 

Le repas est important, même si ce qu'on mange n'est pas toujours très bon.

Et pourtant la restauration de bord s'améliore,
puisque 100  menus différents sont aujourdhui proposés dans la station
orbitale
, mais la plupart sont sous forme liquide, comme le précise Jean-Pierre Haigneré : "La nourriture préparée a une consistance telle qu'elle est extrêmement molle et qu'on n'a plus besoin de mordre. Or, on sait que le mordant fait partie des plaisirs de la gastronomie".

Jusque dans l'espace, les Français revendiquent l'exception
culturelle : "En tant que partenaire de ces vols avec les Américains et les Russes, on se faisait toujours un point d'honneur d'apporter de la nourriture française et de la partager comme un apport culturel auprès de nos amis".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.