Cet article date de plus de huit ans.

Quels rêves d'avenir après la fac ?

écouter (15min)
Dernier épisode aujourd'hui de notre feuilleton sur la rentrée universitaire à Nanterre. Depuis le début de la semaine France Info donne la parole à trois étudiants en première année : Axel inscrit en sport, Elena en anglais, et Arthur, qui suit les cours d'économie et de gestion. Comment voient-ils leur avenir après leurs études ? Isabelle Labeyrie leur a posé la question.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (©)

Parce qu'il
pratique le foot depuis qu'il a sept ans, parce que sa sœur elle aussi a suivi
la filière STAPS, parce qu'il ne voulait pas passer ses journées derrière un
bureau, Axel s'est tout naturellement inscrit en fac de sport. Demain, il se
voit bien entraîneur dans un club, mais pas enseignant, parce que pour ça, il
faut un master (bac + 4) : "C'est pour les plus intelligents, les
plus travailleurs
" dit-il. "Moi, une licence en 3 ans ça me
suffit, surtout si je fais ce que j'aime
. Mais j'ai bien compris qu'il
fallait travailler, se donner à fond
".

Franchir
l'obstacle de la prépa

Se donner à
fond, c'est bien ce que compte faire Arthur, 18 ans, le Marseillais qui suit la
fac d'économie et de gestion en même temps qu'une classe préparatoire aux
grandes écoles.

Son rêve,
plus tard, c'est de travailler dans la finance. Mais pour l'instant, Arthur
regarde surtout le très court terme : franchir la prépa. "En
première année, on est 54. En deuxième, 21. Ca va être dur !
".

Quatre ans
de réflexion

Elena, 21
ans, s'est elle fait un scénario très précis : après la fac d'anglais,
elle sera "prof dans un lycée français à l'étranger ". Pour
concilier l'obligation d'un métier avec son envie de voyager. Il faut dire
qu'après son bac, Elena a mis quatre ans pour mûrir son projet : deux
années de fac d'archéologie, un an en Australie et une année entre le Val
d'Oise et l'Asie, à alterner travail et voyages. "Je n'ai pas perdu de
temps, je me suis enrichie, j'ai appris sur moi-même et le monde qui
m'entourait. Ca n'était que du bonus
".

Entrée dans
la vie active à 26 ans

Les parents
d'Elena, qui ont toujours soutenu leur fille, sont aujourd'hui relativement
sereins. "Evidemment, on aurait préféré qu'elle fasse son break après
ses études
", dit son père, "m ais je suis heureuse qu'elle se
soit trouvée
", ajoute sa mère. Elena part pour cinq ans d'études.
Elle devra attendre ses 26 ans pour obtenir son diplôme et pouvoir enfin
"faire sa vie ".

Avant de
"faire leur vie", Elena, Arthur et Axel vont d'abord devoir
terminer leur première année. Sûrs d'eux, ils nous ont déjà donné rendez-vous
l'an prochain.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.