Cet article date de plus de huit ans.

Comment éviter le choc de la sixième ?

écouter (5min)
Comment préparer les élèves à l'entrée au collège ? À Malijai, petite commune entre Digne et Sisteron, la maîtresse de CM2 travaille étroitement avec les enseignants du collège de Chateau-Arnoux, à 10 km. Le but est d'adoucir le choc parfois brutal entre le primaire et le collège. Une volonté partagée par le ministre de l'Éducation.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (©)

Corinne Roux est la directrice de l'école
élémentaire de Malijai, établissement situé en réseau de réussite scolaire.
Autrefois, c'était une ZEP (zone d'éducation prioritaire). Pour sa classe de
CM2, elle a décidé de mener différents projets de travail en commun avec les
enseignants du collège du secteur, à Château-Arnoux. Un petit déjeuner tout en
anglais avec les CM2 et les sixièmes, des énigmes de maths à résoudre en
commun... Les élèves de CM2 doivent corriger les évaluations des sixièmes et
inversement : le but est de préparer les élèves. Ils connaîtront ainsi leur
collège, certains enseignants et certaines méthodes de travail.

Au collège justement, la principale
Isabelle Hervet-Bilello estime que ces échanges sont indispensables. Le
ministre de l'Éducation préconise notamment des échanges temporaires entre
enseignants du premier et du second degré, histoire de confronter leurs
méthodes de travail. Et les élèves sont les premiers intéressés, certains ne
cachant pas leur angoisse de la sixième.

Ces projets en commun sont donc utiles, mais Corinne Roux regrette que
certains parents n'encouragent pas suffisamment leurs enfants à réviser leurs
leçons en CM2. Le choc de la sixième est en effet lié aux méthodes des
enseignants très différentes. "Les enfants ne sont pas préparés aux
devoirs au collège. En primaire, trop souvent, le travail de l'école est mis de
côté à la maison",
regrette-t-elle. Pour l'enseignante, la lutte
contre l'échec est donc aussi l'affaire des parents. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.