Cet article date de plus de dix ans.

A l'hôpital, le patient est devenu un "client"

France Info termine la semaine au CHU de Rennes, un hôpital public fréquenté par des centaines de milliers de patients. On compte plus de 500.000 journées d'hospitalisation par an. L'hôpital et ses malades se sont transformés au fil des décennies, la relation avec le médecin n'est plus ce qu'elle était. Témoignage d'un médecin à quelques semaines de sa retraite.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min
Franceinfo (Franceinfo)

Le professeur Gérard Chalès, rhumatologue, est
arrivé au CHU de Rennes en première année d'internat, c'était en 1974, il avait
alors 27 ans. Depuis, l'hôpital est devenu "un autre monde " : une entreprise
rémunérée en fonction de son activité - la fameuse T2A. Alors il
faut que ça tourne, que le patient reste le moins longtemps possible dans
l'établissement, qu'il soit "rentable " regrette le médecin.

"Le patient client"

Et dans
ce contexte, le patient d'après lui peut se transformer en "consommateur de
soins, en client, il faut que ça aille vite, c'est curieux de voir des patients
qui souffrent depuis 10 ans et qui veulent à la fin de la consultation que tout soit
résolu
".  

"Le patient qui n'obéit plus"

Un patient de plus en
plus informé aussi, mais pas forcément en bien. Sur Internet, Gérard
Chalès tombe parfois sur des choses "aberrantes ", "comme prendre de l'huile
d'onagre pour soigner la polyarthrite !
". Si bien que certains patients peuvent,
croyance oblige, ne plus lui obéir, "on est aujourd'hui dans le domaine du
contrat avec le patient et ce contrat peut ne pas lui plaire, il peut alors
parfaitement ne pas suivre mon traitement
".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.