Cet article date de plus de quatre ans.

Chronique du ciel. Consolidation du pavillon français : XL Airways rachète La Compagnie

écouter (2min)

C’est un joli coup, très stratégique, que vient de réussir Laurent Magnin, le très médiatique patron d’XL Airways. En se mariant, avec la "Compagnie", transporteur spécialisé dans le 100% business à bas prix entre Paris et New York, Laurent Magnin récupère un actionnariat dont il était privé depuis deux ans.

Article rédigé par
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un avion de la compagnie XL Airways à l'aéroport de Manchester (Angleterre), le 12 septembre 2008. (PAUL ELLIS / AFP)

Pour Laurent Magnin, c’est une énorme épine dans le pied XL Airways qui vient d’être enlevée. XL Airways devait trouver un actionnariat. Après une décision de justice, en 2014, XL Airways était devenue propriétaire de l’ensemble de ses titres, en compensation d’une créance impayée de ses actionnaires de l’époque. Une situation inédite dans le paysage aérien français qui ne pouvait évidemment guère s’éterniser.

Un mariage original

Le mariage entre XL Airways et la Compagnie est juridiquement très original. XL Airways rachète la compagnie sans avoir à eu sortir le moindre centime, mais en payant la note avec ses propres actions.

Grâce à ce rapprochement, XL Airways, peut désormais compter sur les généreux actionnaires de la Compagnie, dont Charles Beigbeder, mais aussi Motier, la holding de la famille Moulin, propriétaire entre autres des Galeries Lafayette. Des actionnaires visiblement prêts à réinvestir une dizaine de millions supplémentaires dans le nouvel ensemble après avoir déjà mis beaucoup d’argent sur la table lors de la création de la Compagnie, par Frantz Yvelin, il y a deux ans.

Cette opération va permettre aux deux compagnies de mutualiser leurs coûts sur le carburant, les assurances ou les frais d’escale. Pour certains observateurs, d’un point de vue commercial, ce mariage est curieux, atypique. XL est une compagnie long-courrier à vocation touristique, avec une flotte d’Airbus A330. Quant à la Compagnie, elle s’est positionnée sur des vols 100% classe affaires entre Paris et New York avec des Boeing 757.

Du long courrier à bas prix

Les deux transporteurs ont toutefois un point commun : leurs tarifs peu élevés. Ce qui donne donc naissance, selon le communiqué officiel, au premier groupe aérien français long courrier à bas prix.

Et l’histoire n’est peut-être pas encore terminée. Il se dit que la compagnie réunionnaise Air Austral était intéressée pour racheter XL Airways. A moins, que ce ne soit à présent le contraire.

Les grandes manœuvres dans le ciel aérien français ont commencé. Une consolidation nécessaire face à la menace de Norwegian, de French Blue et des intentions d’Air France de se lancer elle aussi dans le low-cost long-courrier.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.