Le poison antisémite, aussi dans la chanson

écouter (7min)

La rupture de grandes marques américaines avec Kanye West, après ses déclarations contre les juifs, rappelle que la haine se glisse souvent dans la musique populaire. Même aujourd'hui. 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Kanye West, ici le 9 février 2020, et la rupture de ses contrats avec le label Def Jam et les marques Adidas, Balenciaga et Gap, suite à ses déclarations antisémites sur les réseaux sociaux début octobre 2022.  (JEAN-BAPTISTE LACROIX / AFP)

Le poison de l’antisémitisme après la Shoah, il est là, notamment. Toute une manière de parler des Juifs, en prenant garde à quelques précautions oratoires de principe avant d’étaler sa haine.

Philippe Clay, dans cette chanson de 1975, montrait déjà comment fonctionnait l’antisémitisme perpétuellement résurgent, et qui vient de valoir à Kanye West, la rupture de ses liens avec le label Def Jam et les marques Adidas, Balenciaga et Gap, le rappeur américain ayant multiplié les déclarations contre les juifs.

Évidemment, si on se demande s’il existe des contenus antisémites dans notre culture populaire, la réponse est oui. Oui, bien sûr. Et les connaisseurs du rap en langue française n’ont pas besoin de chercher loin dans leur mémoire.

Dans le premier épisode de Ces chansons qui font l’actu ce week-end, vous entendez des extraits de :

Philippe Clay, Les Juifs, 1975

Freeze Corleone, Freeze raël, 2020

La Fouine, TLT, 2013

Doc Gynéco, Dans ma rue, 1996

Black M, Dans ma rue, 2015

Ray ventura et ses Collégiens, Ça vaut mieux que d'attraper la scarlatine, 1936

Suzanne Dehelly, Ça vaut mieux que d'attraper la scarlatine, 1937

Serge Gainsbourg, Yellow Star, 1975    


Vous pouvez également suivre l'actualité de cette chronique sur Twitter.

Notre série de chroniques de l'été 2022, Derrière nos voix, est toujours réécoutable en scrollant vers le bas ee cette page.

Et vous pouvez aussi retrouver sur ce lien le podcast Derrière nos voix, avec les secrets d'écriture et de composition de huit artistes majeurs de la scène française, Laurent Voulzy, Julien Clerc, Bénabar, Dominique A, Carla Bruni, Emily Loizeau, Juliette et Gaëtan Roussel.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.