Les chaussures ASICS : "Il y a plein de raisons de courir le marathon de Paris"

Imaginée il y a 75 ans, la marque japonaise de chaussures de sport et de running accompagne les grands événements sportifs de l'année, avec dans le viseur bien sûr les Jeux de Paris 2024.
Article rédigé par Victor Matet
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min
Eddy Ferhi, le directeur marketing d'Asics. (VICTOR MATET / RADIO FRANCE / FRANCEINFO)

ASICS, ce n'est pas seulement un nom de marque mais aussi une philosophie. Anima sana in corpore sano : "un esprit sain dans un corps sain". Un acronyme issu d'une locution latine, qui résume l'ambition de l'enseigne : "faire du sport un vecteur sociétal important, aussi sur la santé physique et mentale", explique Eddy Ferhi, directeur marketing d'ASICS.

Un nom latin et une origine japonaise

Si le nom est latin, l'entreprise, elle, est japonaise. Fondée en 1949 à Kobé, par Kihachiro Onitsuka, d'abord sous le nom de compagnie Onitsuka, avant de devenir ASICS en 1977, la marque est née de la vision de son fondateur : après la guerre, "le sport allait contribuer à redresser le pays, à redonner un sens et de l'élan", détaille Eddy Ferhi.

Aujourd'hui, les chaussures de sport et de running sont toujours fabriquées au Japon, et dans d'autres pays d'Asie. Ce qui génère de longs transports pour importer la marchandise en Europe. Pas très écologique, reconnaît le directeur marketing d'ASICS. "Ce sont des réalités que nous essayons d'intégrer. Si nous sommes capables de faire des petits efforts sur toute une chaîne production, nous aurons de grands effets derrière". 

Le marathon de Paris puis les Jeux olympiques et paralympiques en ligne de mire

ASICS a réalisé l'an dernier, un record, un chiffre d'affaires en Europe de près d'un milliard d'euros. Présente dans une vingtaine de pays du continent, la marque y emploie 500 salariés.

Et se montre très attentive à son image. Via notamment son partenariat depuis 2009 avec le Marathon de Paris ce dimanche 7 avril 2024. Mais aussi les Jeux olympiques et paralympiques de Paris cet été. "On essaye de mettre nos athlètes dans les meilleures conditions pour qu'ils atteignent leur plein potentiel", dit Edy Ferhi.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.