Ça nous marque, France info

Ça nous marque. Blédina : "Les bébés français mangent plus de purée de carottes que les autres"

Markus Sandmayr, directeur général de Blédina, numéro un français de l'alimentation infantile, est l'invité de "Ça nous marque".

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Le leader français de l\'alimentation infantile propose désormais une marque bio.
Le leader français de l'alimentation infantile propose désormais une marque bio. (CHASSENET / BSIP)

Markus Sandmayr, directeur général de Blédina France est l'invité de "Ça nous marque". Blédina est un poids lourd de l’alimentation infantile. Leader en France avec plus de 40% de part de marché.

Une société qui appartient au groupe Danone  

C’est en 1881 que l’entreprise voit le jour au nord de Lyon, à Villefranche-sur-Saône, grâce à l’idée d’un pharmacien. Léon Jacquemaire est passionné par l’alimentation infantile et à une époque où la mortalité des enfants est encore très forte, il a l’idée avec son associé Maurice Miguet, d’ouvrir un laboratoire de produits fortifiants.

De la Blédine au petit pot

C’est en 1906 que la société va véritablement décoller avec l’invention de la Blédine. Cette bouillie céréalière va notamment sauver des milliers d’enfants intolérants au lactose. La période de l’après-guerre est révolutionnaire pour l’entreprise qui prend le nom de Blédina en 1961. La forte natalité dope l’activité et en 1955 l’entreprise invente  le petit pot.  

Quelle natalité pour demain ?

Aujourd’hui Blédina poursuit son développement en proposant une gamme bio. Et la baisse de natalité n’inquiète pas le patron de Blédina. "En 1998, la victoire de l’Equipe de France de football à la Coupe du monde avait été suivie d’une augmentation de la natalité de 3%", rappelle Markus Sandmayr. Aujourd’hui il est encore trop tôt pour le dire mais le printemps prochain, nous réservera peut-être la même belle surprise.

Le leader français de l\'alimentation infantile propose désormais une marque bio.
Le leader français de l'alimentation infantile propose désormais une marque bio. (CHASSENET / BSIP)