PODCAST. Plan anti-harcèlement, 49.3 et Orelsan : ça dit quoi ce 28 septembre ?

Ce jeudi 28 septembre, le gouvernement a présenté son plan contre le harcèlement scolaire la veille, avant de dégainer un douzième 49.3. Un épisode accompagné tout du long par Orelsan, en concert dans 400 cinémas ce soir.
Article rédigé par Léo Tescher
Radio France
Publié Mis à jour
"Civilisation tour" d'Orelsan, le 30 novembre dernier au Dôme de Marseille. (VALLAURI NICOLAS / MAXPPP)

"Salut c'est Léo, ça dit quoi ?"

Ce jeudi 28 septembre, la Première ministre Élisabeth Borne a présenté son plan contre le harcèlement scolaire. Le gouvernement a confirmé la mise en place de dispositifs permettant la confiscation des téléphones des harceleurs et leur exclusion des réseaux sociaux, ainsi que des cours d'empathie à l'école.

Par ailleurs, les professeurs, les surveillants, les animateurs de colonies de vacances ou encore les forces de l'ordre seront formés à une meilleure écoute des enfants. Le signalement des cas les plus graves à la justice doit également être simplifié et accéléré.

Mercredi soir, le gouvernement, qui n'a toujours pas la majorité à l'Assemblée nationale, a également utilisé pour la douzième fois l'article de 49.3 de la Constitution lui permettant de faire passer une loi en force sans avoir besoin de la faire voter par les députés. Un manoeuvre qu'on devrait revoir ces prochaines semaines, alors que plusieurs projet de loi de budget doivent être présentés.

Et puis tu remarqueras plusieurs classiques d'Orelsan tout au long de cet épisode. Le rappeur présente son concert enregistré en décembre dernier à La Défense Arena dans 400 salles de cinéma. Cette proposition, plutôt habituelle pour les artistes internationaux ou les chanteurs de variété française, trouve également son public chez les amateurs de rap.

"Ça dit quoi ?", un podcast à écouter du lundi au vendredi à partir de 7h sur franceinfo.fr, sur la nouvelle chaîne WhatsApp de franceinfo ou sur toutes les plateformes de podcast :

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.