PODCAST. Émeutes après la mort de Nahel, ça dit quoi ?

Léo Tescher revient sur les grandes actualités de 2023 sur lesquelles les auditeurs de "Ça dit quoi ?" ont écrit. Mardi 26 décembre, les émeutes après la mort de Nahel.
Article rédigé par Léo Tescher
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min
Deux officiers de police passent devant un mur sur lequel est écrit "Justice pour Nahel", lors de la manifestation spontanée, le 30 juin 2023 à Paris. (TELMO PINTO / MAXPPP)

Salut c'est Léo, ça dit quoi ?

Nahel, 17 ans, a été tué, mardi 27 juin, à Nanterre (Hauts-de-Seine), par un policier qui a fait usage de son arme lors d'un contrôle routier. La mort de l'adolescent avait déclenché une semaine d'émeutes à travers la France au début de l'été. La colère a été massivement relayée sur les réseaux sociaux. Elle gagne des petite villes de province et rallume le débat sur les violences policières et le racisme dans la police comme en 2005 après la mort de Zyed et Bouna.

Plus de 15 000 sinistres ont été recensés par les assurances, pour un coût total de 730 millions d'euros. Au total, 700 policiers ont été blessés. Près de 3 500 jeunes ont été interpellés dont plus 1 200 condamnés à de la prison ferme.

Les méthodes des forces de l'ordre critiquées

Mais lors de cette semaine d'émeutes, les méthodes des forces de l'ordre ont également été critiquées. L'usage des lanceurs de balles de défense, les LBD, est encore pointé du doigt avec plusieurs victimes dont Mohamed, 27 ans, décédé à Marseille, et Hedi, 21 ans, amputé d'une partie du crâne alors qu'il ne participait pas aux émeutes. Sur cette dernière affaire, un policier de la Bac de Marseille a été placé en détention provisoire pendant six semaines. Au total, une quarantaine d'enquêtes ont été ouvertes par l'IGPN, la police des polices, pour des violences commises par les forces de l'ordre lors de ces émeutes. Le policier mis en examen pour le meurtre de Nahel a lui aussi été remis en liberté sous controle judiciaire après 4 mois et demi derrière les barreaux.

En novembre, le gouvernement a annoncé une série de mesures en réponse à ces émeutes : encadrement militaire des jeunes délinquants, peines de travaux d'intéret général pour les parents et des mesures plus sociales pour les quartiers prioritaires et contre les discriminations dans l'attribution de logement ou dans la recherche d'emploi. Rien sur le rapport entre la police et la population.

"Ça dit quoi ?", un podcast à écouter du lundi au vendredi à partir de 7h sur franceinfo.fr, sur la chaîne WhatsApp de franceinfo ou sur toutes les plateformes de podcast :

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.