Cet article date de plus de cinq ans.

Du trash pour ados

écouter (8min)
Le Salon du livre et de la presse jeunesse a ouvert ses portes, ce mercredi matin, à Montreuil, près de Paris. Un rendez-vous incontournable, pour parents et enfants. Surtout, y trainer les ados!
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (Sylvie Vassalo, la directrice du salon du livre et presse jeunesse de Montreuil © MaxPPP)

 C’était…un bain de jouvence, pour ado boutonneux. À défaut de courir après une crème miraculeuse nommé "Halte au sébum"… Votre ado, doit courir à Montreuil, et casser sa tirelire …Ah non zut, on dit plus ça en 2015. On dit quoi ? Ramasser un peu d’oseille, du brouzouf ? Bon je m’enfonce, on va finir par perdre des auditeurs, jeunes. Donc, il prend du cash avec lui, et fonce au salon du livre pour boutonneux, et doit se rend au stand de l’éditeur Rouergue. D’abord, ils sont très sympas. Ensuite, ils soutiennent la création Bleu blanc rouge, française quoi…

"Vous êtes donc à la mode… " , dis-je à Pauline, l’attaché de presse

Elle : "On est à fond… regardez ça, c’est la dernière trilogie, pour ado…c’est assez cash. c’est super bien"

En effet…

"Bonjour je m’appelle Auguste, j’ai 14 ans et je suis un dangereux délinquant"

Ça, c’est pour la page de garde. Bon début. "Comment se faire des nouveaux amis… ou pas". Ça, c’est le genre d’intitulé de chapitre. Pas mal. 

C’est l’histoire de deux frères et sœurs, qui parlent de leur vie. E ca démarre brutalement, comme l’est parfois, un peu trop souvent, la vie. Ca commence par un accident de voiture, et le père qui meurt. "C’est un roman, bien réel", me dit pauline, pas peu fière que sa maison d’édition porte ce projet. C’est vrai. Les 2 frères et sœur, se traitent de "cons" par moments. Mais un gros mot suffira-t-il à détrôner les anglais ou les américains, et leur faculté indéniable de violer allègrement les soit disant codes puritains de leur société ? Pauline en pâlit.  Je poursuis ma lecture : "Pendant que papi et mamie mourraient, que maman tombait dans le coma….etc. etc."  Pas mal du tout. 

Je me revois, il y a de nombreuses années, affalée sur la plage, en train de me faire griller… et en train de lire "Amour, Prozac et autres curiosités », de Lucia Exebarria

Arriver à écrire ce genre de livre décomplexé, pour ados. C’est ca, le défi. 

Moi : "Le problème c’est que ce ne sont jamais des français qui y parviennent…"

Pauline : « mais siiiiiii… regardez »

Elle m’en sort un autre. Le titre :  "Comment bien rater ses vacances". Auteur, une femme : Anne Porcin

Page de garde, un ado écrit a ses parents : "J'espère que vous n’êtes pas trop morts. Si jamais vous ne reveniez pas, ce serait sympa de m’envoyer un mandat, parce que la prostitution masculine, ça marche pas trop bien dans le quartier". Top.  Du trash, du glam, de l’excès non pas de sebum, mais du bien beta, pour nos ados. "Ca devrait cartonner ! " , s’emballe, Pauline. 

Je la laisse a ses rêves et m’en vais jeter un coup d’œil, du côté des américains

John Green est partout

Aucun ado, ni parent d’ado, n’a oublié "Nos étoiles contraires". Une poignante histoire de 2 jeunes, dont l’un est malade (la fille en l’occurrence). Écriture directe et franche. Du Harry Potter en barre

Le roman date de 2012. Ouf, ça commence à être vieux. Mais non ! Que vois-je ? Il vient d’en sortir un autre, sur 2 ados homosexuels ! Damned, les américains sont trop forts

Sous leurs petits airs puritains, ils dirigent tout. Même les lectures de nos enfants. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers C'était comment ?

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.