C'était comment ?, France info

C'était comment ? Benoît Hamon et son McDo

Benoît Hamon est allé au McDo ce matin. Le candidat du Parti Socialiste a rencontré les salariés d’un McDonald’s, dans le Xè arrondissement de Paris. Un déplacement, avec son nouvel allié, Yannick Jadot. Nathalie Bourrus y était.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Benoît Hamon et Yannick Jadot lors d\'une visite lundi 27 février dans un Mac Donald\'s à Paris. 
Benoît Hamon et Yannick Jadot lors d'une visite lundi 27 février dans un Mac Donald's à Paris.  (PHILIPPE LOPEZ / AFP)

C’était… Happy Meal. Il avait la banane, Benoît Hamon. Quant à Yannick Jadot, je ne vous en parle même pas. Pourtant, un lundi matin, au milieu d’une tornade, sous un ciel gris, boulevard de Magenta, il faut s’accrocher pour être heureux de vivre.

Avec son petit caban bleu marine, Benoît Hamon est venu dézinguer les multinationales qui échappent à l’impôt en France, grâce aux paradis fiscaux.

La CGT l’attend.Le syndicat me confira n’avoir invité QUE des candidats de Gauche, à venir les voir. Donc ce bout de boulevard de Magenta est conquis pour le candidat du PS.

Dans une cohue indescriptible de photographes, cameras et militants écolos, le leader de la CGT explique : "On est embauché au smic. Chez McDo, les heures du dimanche ne sont pas majorées. Et les heures de nuit démarrent à minuit au lieu de 21h."

Benoît Hamon : "Et s’il y avait des négociations… ?"

Un dialogue avec la CGT 

Le cégétiste : "Mais on n’a pas de CE (comité d’entreprise), pas de syndicats, on est pas au CHSCT (comité d’hygiène de sécurité et des conditions de travail)." 

"Ce n’est pas normal (…) le droit du travail doit être appliqué (…)", répond Hamon. "En Allemagne, il y a autant d’actionnaires que de salariés dans le conseil d’administration (…) C’est la démocratie sociale." 

Et il embraye : "Les bénéfices de McDonald’s sont déclarés, là, ou la fiscalité est favorable (…) il faudrait que le parquet financier puisse attaquer les boites sur l’évasion fiscale." 

Le cégétiste : "Et il y a la robotisation. Vous voyez, les bornes pour commander les repas. Forcément, il y a une baisse du nombre d’effectifs." 

Benoît Hamon : "Il faudrait que McDonald’s, ou ce genre de grosse entreprise, paie ses cotisations sociales non pas en fonction du nombre de salariés, mais en fonction du montant des bénéfices." 

Le problème c'est l'Autre 

McDo est bien rhabillé pour l’hiver ! C’est plus un Happy Meal, c’est un poulet ranch Ketchup, avec frites (si si ça existe)

Dans un petit coin, une représentante de l’entreprise, n’en perd pas une miette.

Moi : "Vous en pensez quoi ?" 

Elle : "Nous ne ferons aucune déclaration." 

La demoiselle n’a visiblement pas la banane, du lundi matin, de Benoît Hamon. Tout le monde sort. Hamon va de selfie en selfie (Yannick Jadot sous l’bras). Un riverain vient lui parler.

"Bonjour, ça va ?", lui lance Benoît Hamon. "Moi oui…mais pour vous, le problème, c’est l’Autre." 

L’Autre, Emmanuel Macron…cet Autre, qui n’a pas été convié boulevard de Magenta, mais qui caracole en 2ème position dans les sondages pour la présidentielle. Un peu comme l’un des cadeaux du Happy Meal.

Ce petit bonhomme, qui saute allègrement un peu partout, et qui sème sacrément la zizanie.

Benoît Hamon et Yannick Jadot lors d\'une visite lundi 27 février dans un Mac Donald\'s à Paris. 
Benoît Hamon et Yannick Jadot lors d'une visite lundi 27 février dans un Mac Donald's à Paris.  (PHILIPPE LOPEZ / AFP)