"La Disparition ?" : un documentaire sur la chute du PS, en pleine campagne présidentielle

écouter (5min)

Le 9 février prochain sort au cinéma le nouveau film documentaire de Jean-Pierre Pozzi. "La Disparition ?" revient sur les quarante dernières années du PS et sa lente déliquescence. L'auteur de BD Mathieu Sapin mène l'enquête dans les coulisses de l'histoire du parti.

Article rédigé par
Laetitia Krupa - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le dessinateur Mathieu Sapin mène l'enquête dans "La disparition ?", un film de Jean-Pierre Pozzi. Image extraite de la bande-annonce  (REZO FILMS)

Le film s'appelle La Disparition ? Il est signé Jean-Pierre Pozzi et il revient sur la lente dérive du Parti socialiste depuis la victoire de François Mitterrand avec, en toile de fond, une question : comment en est-il arrivé là ?

Mais il ne s'agit pas d'un énième documentaire choral avec alternance de séquences et de témoignages. On y suit l'auteur de BD Mathieu Sapin, qui en Tintin reporter, part à la rencontre des hommes et des femmes de l'ombre du PS pour raconter l'histoire de l'intérieur.


Trois des quatre témoins sont des communicants : Laure Adler, Philippe Moreau-Chevrolet et Gérard Colé. Le documentaire a donc choisi le prisme de la communication politique. Et c'est Julien Dray, qui se présente lui-même comme le "baron noir" du PS, allusion à la série de Canal+, qui est à l'origine de ce documentaire.

Gaspard Gantzer : Oui, on le voit à la toute fin du film, c'est écrit "sur une idée origniale de Julien Dray". C'est un homme qui connaît par coeur l'histoire de la gauche, il a notamment fondé SOS Racisme avec Harlem Désir, il a été député du PS et il a accompagné son développement dans les années 80, 90 et même dans les années 2000. Et Julien Dray a peut-être un peu souffert de ne pas être reconnu à sa juste valeur. Lui qui se surnomme et que l'on surnomme "baron noir", lui qui connaît si bien le scénariste de la série télévisée du même nom, Eric Benzekri, qui a été un de ses collaborateurs, a peut-être voulu reprendre la lumière de cette manière-là.

En pleine campagne électorale, ce film peut-il avoir un impact sur la gauche ?

Ce que l'on voit dans ce film c'est une gauche au sommet de sa gloire dans les années 80, qui est au diapason des mouvements de la société, dans des grandes mobilisations populaires, dans des lieux symboliques de la capitale. Mais on voit aussi un divorce peu à peu s'installer entre le peuple de gauche et ses élites, à certains moments de l'histoire, et ça, cela peut revenir en boomerang pour les candidats de la gauche au cours de cette élection présidentielle.

Une des séquences phares du documentaire montre François Hollande devant la télévision, à l'Elysée, au moment de l'annonce de la victoire d'Emmanuel Macron en 2017. François Hollande a-t-il vu le documentaire, et si oui qu'en a-t-il pensé ?

On ne l'a pas vu ensemble, il l'a vu quelques jours avant moi, mais j'imagine qu'il n'a pas dû adorer la fin du documentaire qui met un peu entre parenthèses son quinquennat sans vraiment rendre hommage aux points positifs de son pouvoir.
Ce qui est certain, c'est que cela ne l'a pas conduit à se dire qu'il devait se retirer de la vie politique parce que peut-être veut-il montrer aussi qu'il est capable de continuer à peser dans le débat politique.
À titre personnel, je ne sais pas s'il va annoncer sa candidature dans quelques jours, ni ce qu'il va dire quand il prendra la parole comme il l'a laissé entendre. Ce qui est certain c'est qu'il voudra être un acteur-clé de cette campagne, prendre la parole et peser dans le débat en s'exprimant très régulièrement.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.