La conférence de presse : piège ou atout pour un président sortant ?

écouter (5min)

Jeudi 9 décembre, Emmanuel Macron organisait sa deuxième conférence de presse sur le thème de l'Europe. Une occasion pour lui de présidentialiser le débat de la future campagne de 2022. Laetitia Krupa et Gaspard Gantzer analysent la séquence.

Article rédigé par
Laetitia Krupa, Gaspard Gantzer - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Emmanuel Macron lors de sa conférence de presse le 9 décembre 2021. (LUDOVIC MARIN / POOL / AFP)

A travers les journalistes, Emmanuel Macron s'adresse à l'opinion publique. Cette conférence de presse à l'Elysée, jeudi 9 décembre, au moment où la France prend la présidence du Conseil de l'Union européenne, constitue donc un enjeu majeur surtout quand la campagne pour la présidentielle 2022 bat son plein et que le chef de l'Etat s'apprête à se relancer dans la course à l'Elysée. Comment faire passer ses messages ? Le jeu de questions-réponses avec les journalistes peut-il représenter un piège ou reste-t-il, quoiqu'il arrive, un atout ? Décryptage.

Emmanuel Macron : "Mon rôle dans ce moment est de continuer à agir au service de notre peuple pour protéger, prendre les décisions parfois difficiles, et de préserver notre unité. Et quels que soient les choix démocratiques qui seront faits au printemps prochain, ils doivent se faire dans le calme, le plus grand pluralisme, la plus grande liberté de discussion, d'échange et de controverse. Car la controverse c'est l'esprit français. Mais la haine c'est la haine de la France. Le rôle du président de la République c'est d'éviter cela."  

Laetitia Krupa : Est-ce que cette dernière réponse d'Emmanuel Macron à propos de la future élection présidentielle n'est pas finalement, et je grossis le trait à dessein, celle qu'il faut retenir ?

Gaspard Gantzer : C'est certainement cette réponse qui sera le plus retenue et commentée dans les jours et les semaines à venir. Pourquoi ? parce que même si cette conférence de presse était sur l'Europe, on est dans une période extrêmement politique, et le président lui-même s'était préparé à des questions sur le plan national. Il les a esquivées mais à la fin, il avait préparé ses éléments de langage pour cadrer le débat présidentiel à la fin de cette conférence de presse.

Pourquoi Emmanuel Macron n'a -t-il organisé que deux conférences de presse dans son mandat ?

Il faudrait lui poser la question mais on peut faire la déduction suivante : le président de la République Emmanuel Macron préfère les exercices désintermédiés, c'est à dire quand il s'adresse directement aux Français dans le cadre des allocutions présidentielles qu'il a pu faire pendant le Covid ou dans des cadres plus originaux qu'il a pu faire sur YouTube ou les réseaux sociaux, avec McFly et Carlito par exemple.

François Hollande, lui, avait organisé six conférences de presse et Nicolas Sarkozy avait répété l'exercice quatre fois, dont la dernière en février 2012 à quelques mois du premier tour de l'élection, le président-candidat décide de convier les journalistes pour parler... d'Europe. il sort d'une réunion avec Angela Merkel à l'Elysée.

Nicolas Sarkozy : "Je voudrais souhaiter la bienvenue à nos amis allemands, à la chancelière Merkel. Nous avons évoqué tous les sujets du jour et tous les sujets structurels. Vous le savez, d'ailleurs, ce n'est pas une nouveauté, nous nous parlons extrêmement régulièrement. Nous nous parlons en confiance, nous nous parlons comme des amis et comme des alliés."  

Est-ce qu'il est possible de comparer la conférence de presse d'Emmanuel Macron de jeudi et celle de Nicolas Sarkozy en 2012, toutes deux consacrées à l'Europe ?

Le parallèle est troublant, puisqu'on est dans les deux cas à quelques mois de l'élection présidentielle. A l'époque, Nicolas Sarkozy avait beaucoup bataillé sur le plan mondial et européen pour garder la France à sa place, mais aussi dans la zone euro traversée par une crise financière importante. Il avait voulu présidentialiser au maximum sa communication pour ne surtout pas se mélanger à ses autres concurrents dans l'élection présidentielle. Il semblerait qu'Emmanuel Macron suive la même stratégie en restant très "jupitérien" le plus longtemps possible et en tenant des conférences de presse à ce titre.

Emmanuel Macron est bien décidé, c'est vrai, à garder cet avantage de la présidence de l'Union européenne jusqu'au bout puisque qu'un dernier sommet est prévu à Bruxelles les 24 et 25 mars prochains.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.