C'est mon époque, France info

Prêt-à-porter : pourquoi une même taille varie d'une marque à l'autre ?

En pleine période de soldes, il faut faire vite pour arracher une bonne affaire, parfois même sans essayage. Grosse erreur. Dans le monde du prêt-à-porter, chaque marque utilise ses propres gabarits, et du coup, on ne peut pas vraiment se fier à l’étiquette.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Une même taille varie de 10 à 20% selon la marque © MaxPPP)

On fait le test tout de suite. On enfile un chemisier taille 38. Chez Zara, Promod et Etam, on est à l’aise, on peut même encore respirer ! Le tour de taille dépasse 1 mètre. Rien à voir avec le 38 de Gap ou C&A chez qui le dernier bouton lâche. Et pour cause. Il y a 20 cm d’écart entre le plus cintré et le plus ample. Les résultats sont tout aussi disparates pour la longueur des manches ou la carrure. Et même constat si on saute dans un pantalon, que ce soit au rayon femme ou au rayon homme. Voilà ce qui ressort de l’enquête menée par le magazine 60 millions de consommateurs dans une dizaine d’enseignes : une même taille varie de 10 à 20% selon la marque.

Pourquoi une telle anarchie ?

Ces variations font la spécificité de chaque marque : le style. Que ce soit façon allumette pour adolescentes ou plus généreux pour femmes. Chaque cliente perçoit parfaitement le message et puis aussi soutient mordicus à s’habiller dans la même taille tout au long de sa vie. Qu’à cela ne tienne, les fabricants font grandir, le 40 par exemple, mais sans nous le dire. Ca porte un nom. C’est le "vanity sizing", on pourrait traduire par la taille flatteuse. Et gare à une autre marque qui nous obligerait à passer au 42 ! Au-delà du look, il y a aussi une évolution des marchés, mondialisés aujourd’hui, avec une même collection pour des danois géants et des portugais plus compacts. Que signifie alors une taille 40 unique ? Il y a une astuce, on rajoute de l’élasthanne, cette matière élastique qui, par chance, suit le mouvement en hauteur comme en largeur.

Une harmonisation des tailles indispensable 

D’autant que ça agace les clients, et ça coûte cher pour les marques. Cette disparité est probablement responsable de 15% des retours sur le net avec un coût de 10 euros par opération, et on estime que 10% du chiffre d’affaires des fabricants est perdu en retouches. Pourtant, la solution existe, c’est une norme européenne, une silhouette, avec 3 chiffres essentiels : le tour de taille, le tour de poitrine et la stature. On oublie nos 38-40 franchouillards et il n y a plus de problème de correspondance. Alors même que nous ne cessons de grandir et de grossir : 5 cm et 5 kg en plus pour les français en 30 ans selon la dernière campagne nationale de mensuration en 2006. Et ce sera probablement plus encore dans 2-3 ans, lors de la prochaine campagne.

(Une même taille varie de 10 à 20% selon la marque © MaxPPP)