C'est mon époque, France info

Le retour en grâce des fromageries

La fromagerie, nouvelle tendance du moment. Le secteur est en train de faire sa révolution grâce à de nouveaux arrivants à tel point que les créations d'entreprises sont impressionnantes. Entre 2010 et 2014, pas moins de 650 entreprises ont été créées ou reprises.A l'origine de ce phénomène, des gens de tous horizons qui voient dans ce secteur une bonne façon de se reconvertir.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(illustration prétexte © Fotolia)

Ces créateurs ou ces repreneurs  de crémeries-fromageries ont des profils atypiques, ce sont des  gens de tous horizons qui ont tous en commun cette volonté de se reconvertir, et  ce sont leurs regards neufs qui insufflent une nouvelle jeunesse à ce métier attaché à ses traditions. Cela passe notamment par l'utilisation des réseaux sociaux pour se faire connaître et donner l'envie de venir en boutique. Des boutiques qui au passage savent mettre en valeur ce terroir qui nous est cher. Cela passe aussi par de l'innovation en mettant en avant  de nouvelles idées de produits,de nouvelles créations ou des fromages étrangers. Et puis il y a aussi cet autre phénomène, certains misent carrément sur des associations et font entrer dans leurs boutiques confitures, miels, bières, jus de fruits.  

Le fromage à l'apéritif

Si ce secteur est porteur c'est également en raison d'une nouvelle demande de la part de trentenaires  adeptent de nouveaux goûts et eux aussi cassent les codes. Fini le traditionnel plateau de fromages à la fin du repas, eux, le fromage ils le sortent à l'aperitif  ou même y consacrent tout un repas. C'est une nouvelle façon de se réapproprier le terroir et ça plait.  

D'ailleurs le secteur ne s'en plaint pas bien au contraire car ces nouvelles facons de déguster les fromages se ressent sur les chiffres d'affaire des artisans ... plus de 80 % des crémiers-fromagers ont connu une croissance de leur chiffre d'affaire l'année dernière et ils sont plus de la moitié à penser que ce sera la même chose dans les deux ans a venir.

(illustration prétexte © Fotolia)