C'est mon boulot, France info

"On a toutes un peu tendance à ne pas oser" : une formation pour aider les femmes à négocier une augmentation de salaire

Un quart de salaire en moins. C'est la différence qui subsiste entre les hommes et les femmes. Jeudi, Journée internationale des droits des femmes, une formation se tient à Nantes pour aider les femmes à négocier leur salaire.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Un homme et une femme lors d\'un entretien.
Un homme et une femme lors d'un entretien. (MAXPPP)

Mardi 8 mars, à Audencia, l'école de commerce de Nantes, une formation va se tenir  pour aider les femmes à négocier leur salaire. Les premières formations ont débuté en septembre et 360 femmes sont déjà passées par ces stages de trois heures, entièrement gratuits. L'idée vient de la ville de Boston, qui veut former 85 000 femmes à la négociation salariale, soit la moitié de sa population active féminine. Nantes lui emboite le pas.

Alexia, 28 ans, a justement quitté son agence digitale parce qu'on lui refusait une augmentation. Elle a participé à la dernière session en décembre. Et elle a noté des points communs à toutes les femmes qui ont suivi avec elle cette formation : "On a toutes un peu tendance à ne pas oser, ou à estimer que ce serait quémander. Il y a peut-être une notion d'éducation ou sociologique qui se cache derrière ça."

Ne pas oser demander, défendre son salaire ou réclamer une augmentation, Anne-Laure Guihéneuf, pilote du projet Négotraining, y voit un trait commun à beaucoup de femmes : "Pour avoir fait un certain nombre d'ateliers, je trouve que c'est un point commun à beaucoup de femmes. Quand on fait un tour de table et qu'on leur demande : qu'est-ce que ça évoque, la négociation, il y a énormément d'items négatifs qui ressortent. Le rapport de force, le sentiment d'être dans un rapport de soumission, de ne pas se sentir légitime... ça ressort hyper souvent."

Qui ne demande rien... n'obtient rien !

Dans cette formation, il y a des quizz, pour faire prendre conscience des inégalités salariales, des jeux de rôles, des arguments tous prêts pour répondre aux objections des employeurs. Alexia y a puisé des conseils très concrets : "Ce que j'ai appris lors de cette formation, c'est que ça se fait dès l'entretien d'embauche. À l'embauche, on a tendance à ne pas trop demander parce qu'on se dit qu'on a déjà de la chance d'avoir trouvé un job. Il ne faut pas avoir peur de négocier pour avoir une chance, un an plus tard par exemple, de redemander une augmentation, ou un aménagement d'horaire, ou des avantages supplémentaires."

Deux autres formations Négotraining auront lieu le 5 avril et 24 mai à Nantes. Objectif : accompagner 100 femmes à chaque fois. Les inscriptions osnt ouvertes.

Un homme et une femme lors d\'un entretien.
Un homme et une femme lors d'un entretien. (MAXPPP)