C'est mon boulot, France info

Le harcèlement au travail augmente le risque de maladies cardiovasculaires

Attention, le harcèlement au travail n'est pas anodin pour la santé. En France, le harcèlement au travail est heureusement en recul ces dernières années.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Selon un étude, le harcèlement au travail fait grimper en moyenne de 59% le risque de maladies cardiovasculaires. Image d\'illustration.
Selon un étude, le harcèlement au travail fait grimper en moyenne de 59% le risque de maladies cardiovasculaires. Image d'illustration. (MAXPPP)

Le risque de maladies cardiovasculaires est augmenté par le harcèlement au travail. On peut avoir tendance à prendre son parti sur ce harcèlement banal, quotidien, au travail. Idem pour la violence de la clientèle ou du public avec lequel on est en contact. Et pourtant, une très vaste étude scientifique, la première menée sur cette question à une telle échelle, montre qu'il ne faut pas s'en accommoder.


Pas moins de 79 000 personnes ont été suivies pendant douze ans – c'est donc du sérieux – au Danemark et en Suède. Résultat : le harcèlement au travail fait grimper en moyenne de 59% le risque de maladies cardiovasculaires. La violence au travail, elle, est un peu moins nocive. Mais elle augmente tout de même la probabilité d'être victime d'un accident cardiaque ou d'un AVC de 25%.

Plus les épisodes d'intimidation sont fréquents, plus le risque est élevé

Comme disent les médecins, les effets sont "dose dépendants". C'est à dire que plus les faits de harcèlement ou de violence sont nombreux dans un temps donné, plus le risque est élevé. Comparativement à des personnes qui ne sont pas concernées par le harcèlement moral, celles qui ont déclaré être victimes tous les jours au cours des douze derniers mois ont un risque de maladie cardiovasculaire supérieur de 120%. Il ne faut donc pas laisser les problèmes s'installer. Leurs conséquences ne vont que s'aggraver avec le temps.

Pourtant, les situations de harcèlement sont moins fréquentes en France. La dernière photographie fournie par l'Insee et par le ministère du Travail, qui a environ un an, montre que les relations s'apaisent depuis environ quatre ans, après avoir connu un pic vers 2013, même si le harcèlement continue de toucher les plus précaires, les intérimaires et ceux qui travaillent en temps partiel subi.

Selon un étude, le harcèlement au travail fait grimper en moyenne de 59% le risque de maladies cardiovasculaires. Image d\'illustration.
Selon un étude, le harcèlement au travail fait grimper en moyenne de 59% le risque de maladies cardiovasculaires. Image d'illustration. (MAXPPP)