Cet article date de plus de sept ans.

L'ancienne salariée de Canal Plus est devenue marchande de jouets à Paris

écouter
Tous les vendredis dans "C'est mon boulot", le portrait d'un ancien salarié qui a tout plaqué pour créer son entreprise, avec une mise de fonds modeste et une idée simple. Aujourd'hui Marie, qui a quitté Canal Plus et la revente des droits de films à l'étranger pour une petite boutique de jouets, dans le Xe arrondissement de Paris.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (©)

Plutôt étonnant, d'ouvrir un petit magasin de jouets à l'heure où des mastodontes écrasent le marché, et où les ventes sur internet mettent en péril de commerce traditionnel...
Sauf que Marie Boudier, la nouvelle marchande de jouets de la rue du Château d'eau, parie sur le retour en force du commerce de proximité.
Et c'est vrai qu'on voit refleurir des merceries, des drogueries, dans les quartiers. En fait, Marie a profité d'un dispositif particulier à Paris. La Semaest rachète des locaux dans des endroits où la ville veut diversifier le commerce.

Le magasin est refait à neuf, et il est loué au prix du marché pour une activité qui manque. La destination du local est fixée dès le départ. La Semaest voulait par exemple que le local que Marie occupe aujourd'hui soit un magasin de jouets.

Grâce à ce dispositif, Marie n'a pas eu de droit au bail à payer. Un sacré avantage à Paris. Aménagement du local et constitution du stock : l'addition ne se monte qu'à 30.000 euros pour ouvrir les portes.
Et puisqu'elle ne peut pas concurrencer les grandes enseignes, elle se différencie par le conseil et par le calme de sa petite boutique de 50 mètres carrés.
L'arbre enchanté propose 4.500 jouets différents, de la naissance à 12 ans...
Un bon samedi en cours d'année, c'est 1.500 euros de chiffres d'affaires. Un jour moyen 4 ou 500 euros. Noël, c'est un tiers des ventes. Pour l'instant, Marie se verse un SMIC. Elle vient d'embaucher une salariée.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers C'est mon boulot

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.