C'est mon boulot, France info

Ils ont changé de vie : de l'accident cardiaque à agent immobilier au Costa Rica

Tout l'été les parcours de salariés qui ont changé de vie. Jeudi, Jérôme, il a choisi de partir très loin de la France, au Costa Rica, sans savoir quel métier il allait faire. Ce sera agent immobilier, les pieds dans l'eau.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Une maison au Costa Rica. Photo d\'illustration.
Une maison au Costa Rica. Photo d'illustration. (MAXPPP)

L'accident cardiaque avant 50 ans, Jérôme le décrit comme une tradition familiale. Il n'y a pas échappé. Mais il y avait aussi d'autres raisons :"Le rythme de travail de l’époque assez intense, assez tardif, un peu hors des horaires habituels ne m’a pas aidé non plus." Jérôme organisait beaucoup d'événements, des soirées tous le soirs, des cocktails, des afterwork. Et puis il y a eu Charlie. Ils habitaient en face. Un gros traumatisme. Il fallait partir : "On a commencé à se dire que l'on est encore jeunes, pourquoi ne pas tenter autre chose et avant d’avoir une idée précise on a cherché un pays qui conviendrait à nos valeurs. La première étape ça n’a pas été avec un projet professionnel mais c’était de se dire où est-ce qu’on serait bien pour élever nos enfants." L'Australie, la Nouvelle-Zélande, la Grèce, l'Asie... Et puis un jour : "Un copain avec qui j’ai repris contact un peu par hasard qui vivait au Costa Rica depuis un moment m’a dit :' Mais écoute ton cahier des charges, ce que tu me décris, c’est un peu ici.'"

Le cahier des charges, c'était un bon système de santé et un pays ouvert à la création d'entreprise : "Je suis venu passer 15 jours et j’ai dit c’est bon, voilà c’est ici." Ils préparent soigneusement le dossier administratif, vendent leur appartement et mettent tout dans un container. Sans savoir ce qu'ils vont faire en Amérique centrale : "Ça faisait partie un peu du projet, de se dire on y va sinon on se lance jamais."

"Mon bureau, c'est mon téléphone..."

La plupart des opportunités professionnelles sont à San José, la capitale, mais Jérôme et sa femme – ils ont trois enfants – ne veulent pas faire de compromis : "Du coup on s’est dit qu'on a fait le déplacement, on a fait 10 000 bornes, on a déplacé nos familles, on va rester sur nos envies de plage, de pieds dans l'eau. On veut bosser mais on veut garder ce côté idéal".

Il est question d'importer du double vitrage. D'organiser des événements. Ce sera finalement agent immobilier pour les francophones qui veulent s'installer ou acheter une résidence secondaire. Une vie de liberté : "J’ai adapté mon rythme de travail au rythme scolaire. J’arrête généralement de travailler vers 15 heures. Après j’ai toujours mon téléphone, mon bureau c’est mon téléphone." Pour résumer son changement de vie, Jérôme aime bien citer Pasteur :"Le hasard ne favorise que les esprits préparés et je pense que bien préparer son changement de vie, c’est avoir une partie de rêve et rester à l’affût des opportunités, des rencontres et ce qui doit se produire, parce qu’on est à l’écoute".

Une maison au Costa Rica. Photo d\'illustration.
Une maison au Costa Rica. Photo d'illustration. (MAXPPP)