Emploi : des dizaines de milliers de postes à pourvoir pour les fêtes

écouter (3min)

 Amazon, La Poste, Fnac-Darty, Joué Club, toutes ces enseignes recrutent à tour de bras, mais, contrairement à de nombreux employeurs, elles n'ont pas de mal à trouver des candidats.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un entrepôt d'Amazon en Île-de-France. Photo d'illustration. (VINCENT ISORE / MAXPPP)

Une pluie de CDD. De deux à quatre mois pour faire face au pic d'activité qui va commencer avec le Black Friday, le vendredi 26 novembre, et qui va se poursuivre avec les fêtes de fin d'année. On ne compte plus les enseignes qui annoncent des milliers de recrutement. Avec le plus gros d'entre eux, Amazon.

Certes, on n'est pas en France au niveau de ce qui se passe aux États-Unis. Là-bas, Amazon recrute 150 000 saisonniers. Même nombre chez Walmart, la chaîne de supermarchés : 150 000 nouvelles recrues aussi. En France, on n'en est "que" à 12 000 CDD pour aider à préparer, emballer et expédier les commandes des clients.

Des postes à pouvoir chez Darty, JouéClub ou La Poste

Le géant américain n'est pas le seul dans ce cas puisque, pour distribuer quatre millions de colis par jour, contre 1,6 en temps ordinaire, La Poste a besoin de bras. Le groupe cherche à recruter 6 000 personnes. Des facteurs, des livreurs et des opérateurs de tri. Des contrats en CDD ou en intérim qui se trouvent partout en France. Même chose du côté du groupe Fnac-Darty. Là ce sont 2 800 postes pour les fêtes de fin d'année. 800 à la Fnac, 500 chez Darty, et le reste dans les entrepôts du groupe. Le vendeur de jouets JouéClub recherche lui 1 000 emplois saisonniers. Et le parc Astérix recherche 500 personnes dans l'hôtellerie, la restauration, la vente, l'accueil, les spectacles et les services techniques.

Si tous les employeurs disent avoir du mal à trouver des candidats, pas ceux-là. Pour les renforts de fin d'année, pas de problèmes de recrutement. La DRH d'Amazon, Anne-Marie Husser, nous explique que le groupe n'a pas de mal à attirer les candidats. Notamment parce qu'il est peu exigeant sur les compétences et qu'il forme en quelques jours ses nouveaux embauchés. Du reste, ce qui peut les attirer dans ces emplois souvent de proximité, c'est la possibilité de rester après son CDD de fin d'année. En 2020, un peu plus d'un dixième des renforts saisonniers sont ensuite restés en CDI chez Amazon.

Deuxième raison, ce sont souvent les mêmes candidats qui reviennent d'une année sur l'autre. Du coup, ces grandes enseignes ne devraient pas modifier les conditions d'embauche, et en particulier les salaires qui sont en général un peu au-dessus du Smic avec des primes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.