C'est mon boulot, France info

C'est mon boulot. Trente ans taxi : "Je suis devenu psychologue"

Chaque vendredi, franceinfo part à la rencontre de ceux qui font le même métier depuis trente ans. Comment vivent-ils ? Comment ont-ils vécu les évolutions de leur profession ? Aujourd'hui un chauffeur de taxi parisien.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Un lumineux de taxi parisien.
Un lumineux de taxi parisien. (ERIC FEFERBERG / AFP)

Guy est un chauffeur de taxi parisien qui est derrière le volant depuis trente ans. Son hit-parade des changements qu'il a traversés : "En premier, le GPS, les couloirs de bus en deuxième, la carte bleue ensuite et les VTC en dernier". GPS en premier, mais les vieilles habitudes de trente ans ne se perdent pas comme ça : "Figurez-vous que dans mon coffre j'ai toujours mon vieux plan de Paris, il ne m'a jamais quitté, il est dans la roue de secours !"

Le plan ne quitte pas souvent le coffre. Et si Guy reconnaît qu'il fait tourner en bourrique son GPS, il lui a quand même sérieusement changé la vie : "La facilité de pouvoir aller à l'endroit indiqué, pas spécialement dans Paris, parce que là c'est bon, mais en banlieue, dans les zones industrielles par exemple... un petit coup de GPS et on se fait guider."

Les pourboires ont fondu avec l'euro

Qu'est-ce qui a changé en trente ans chez les taxis ? D'après Guy, les taxis eux-mêmes, la profession : "Elle a changé en mal, c'est plus comme avant, il y a de l'agressivité, il y a des chauffeurs qui ne disent même plus bonjour aux collègues..." Et pour la circulation, même si le nombre de voitures a diminué dans Paris, Guy le taxi est catégorique :"C'est de pire en pire !"

Autre changement, souvent évoqué dans les métiers de service, les pourboires : "Ils ont diminué depuis le passage à l'euro. J'avais des personnes très généreuses et au moment du changement de monnaie, elles n'ont pas converti..." En trente ans de taxi, Guy a développé un sixième sens :"Je suis devenu psychologue, je vais savoir dès que je la vois sur le troittoir si la personne va monter dans ma voiture ou pas, et je ne me trompe jamais !"

Un lumineux de taxi parisien.
Un lumineux de taxi parisien. (ERIC FEFERBERG / AFP)