C'est mon boulot, France info

C'est mon boulot. Le métier de technicien de maintenance industrielle, en forte demande dans les 10 ans

Pendant deux semaines, coup de projecteur sur des métiers auxquels on peut se former en moins d'un an et qui garantissent de trouver du travail. Mercredi, celui de technicien de maintenance industrielle.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Le technicien de maintenance, une personne très demandée en entreprise.
Le technicien de maintenance, une personne très demandée en entreprise. (MAXPPP)

Des métiers, à la formation courte, permettent de prétendre rapidement à un emploi. C'est le cas de la profession de technicien de maintenance industrielle.

De la couture à l'industrie

Christelle, 38 ans, habite à Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône). Initialement, elle a suivi une formation de couturière. Le métier est a priori très éloigné du monde de l'industrie, mais elle est pourtant engagée dans cette formation à l'Afpa, ce qui va lui permettre de devenir technicienne de maintenance industrielle après neuf mois de cours. Rien à voir la couture et l'industrie ? Pas vraiment. "Ça fait un petit rappel de couture. Quand vous faites de la couture, vous savez monter, démonter les coutures, les assemblages, etc. C'est pareil la mécanique. Quand on monte ou démonte un moteur, on répare, on fait du diagnostic, on cherche la défaillance", explique Christelle.

Embauche prochaine de 10 000 techniciens par an

Des fins limiers des pannes comme elle, on en manque. Il va en falloir 10 000 par an pendant les dix prochaines années. L'industrie se redresse doucement, mais surtout le secteur connaît de grandes vagues de départs en retraite. Ceux qui suivent cette formation ont souvent une base scientifique, mais on trouve des profils divers, et l'important est d'avoir le sens pratique, des qualités d'observation et de déduction. On utilise ses cinq sens pour dépanner une machine. Pas moins de 80% des stagiaires trouvent du travail six mois après leur sortie de classe. Pour Christelle, c'est une révélation. 

Cela s'est très bien passé. Ils m'ont donné beaucoup de compétences. C'est un autre mode de vie en fait.

Christelle, en formation

franceinfo

La stagiaire dit aussi avoir été agréablement surprise. "Les personnels m'ont vraiment réveillée, j'étais vraiment épanouie, j'avais l'envie de continuer, d'aller plus loin", raconte Christelle.

Des coups de collier mais un salaire attractif

Un technicien de maintenance industrielle travaille la plupart du temps dans une usine, rattaché à un site, mais il peut aussi être au service d'un prestataire de service et intervenir sur plusieurs chantiers. Il répare des machines qui produisent des biens manufacturés, comme des pièces pour l'automobile, pour la grande distribution, pour les préparations de commandes, pour les transports de toutes sortes. 

A l'intérieur, à l'extérieur, de jour comme de nuit, c'est un métier qui connaît des coups de collier. Mais on est vu comme un sauveur quand on dépanne une machine. Et les salaires sont plutôt attractifs : 1 800 euros brut pour démarrer, mais très vite autour de 2 500 euros et plus pour un chef d'équipe.

Le technicien de maintenance, une personne très demandée en entreprise.
Le technicien de maintenance, une personne très demandée en entreprise. (MAXPPP)