C'est mon boulot, en route pour la transition écologique : la commercialisation du yacon, une alternative au sucre

Tout l'été, dans "C'est mon boulot", des portraits d'entreprises qui s'engagent dans la transition écologique. Lundi 10 juillet, le portrait de Raphaëlla Nolleau, qui a lancé Yacon &Co, un commerce qui vend la poire de terre, le yacon.
Article rédigé par Philippe Duport
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Des yacons tenus dans des mains sur un marché de Lima (Pérou). (FERNANDO GIMENO / EFE)

C'est un nouveau venu pour réduire sa consommation de sucre, dont la production a des dommages écologiques collatéraux : le yacon. Quatre fois moins sucré que le vrai sucre et, dedans, autant de fibres qu'un brocoli.

>> C'est mon boulot, en route vers la transition écologique : une start-up pour mieux gérer les déchets de chantier

"C'est une plante qui ressemble un petit peu à un tubercule, à une pomme de terre ou à une patate douce. Quand on extrait son jus et qu'on le concentre, ça donne un sirop qui a un goût très sucré, mais sans les effets néfastes du sucre", déclare Raphaëlla Nolleau, qui a lancé Yacon &Co, qui met en valeur "la poire de terre".

Pour l'instant, il faut faire venir le sirop de yacon du bout du monde, mais cela va changer dans quelques mois : "À la base, ça vient du Pérou, mais on est en train de créer une filière française du yacon", confie Raphaëlla Nollea. Et ce sera en Bretagne que poussera le yacon 100% France, qui sera transformé à Vichy.

 

Raphaëlla Nolleau a découvert le yacon parce qu'elle avait des problèmes de santé. Consultante, elle grignotait souvent des produits malsains. Aujourd'hui, si on trouve déjà le produit dans des enseignes bio, la jeune start-up de 21 personnes s'active pour faire connaître ses produits et elle prépare la prochaine déclinaison de sa plante magique pour la rentrée.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.