C'est mon boulot, France info

C'est mon boulot. Depuis huit ans, l'engagement des salariés dans leur travail s'érode

Les salariés se désengagent de leur travail. Une étude portant sur 3 500 personnes constate pour la huitième année de suite que la motivation s'érode. En cause : le manque d'autonomie et le sentiment de pouvoir être contrôlé à tout moment.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Illustration d\'un salarié au travail, le 23 ocotbre 2013.
Illustration d'un salarié au travail, le 23 ocotbre 2013. (FRÉDÉRIC CIROU / MAXPPP)

C'est l'avantage des baromètres par rapport à des coups de sonde portés de temps à autre. Les baromètres permettent de suivre l'évolution d'une population sur une question particulière. Cela fait huit ans que Malakoff Médéric interroge les salariés français sur leur degré d'implication dans le travail. Et les résultats, mis en perspective depuis 2009, montrent qu'il y a bien un désengagement progressif des salariés.

Baisse de la motivation au travail 

Quelques chiffres. En 2009, il y a huit ans, seuls 9% des travailleurs, moins d'un sur dix, avouaient "faire de la présence pour faire de la présence". Ils sont aujourd'hui 19%, soit un sur cinq. Il y a huit ans, ils étaient 18% à souhaiter un arrêt maladie. Ils sont aujourd'hui dix pour cent de plus, 28%. Les salariés étaient encore 34% en 2009 à estimer "pouvoir prendre des décisions". Ils ne sont plus que 22%, 12% de moins à le penser aujourd'hui.

Ce que dit ce baromètre est d'autant plus crédible qu'il confirme les travaux de recherche qui montrent que le travail s'est intensifié au cours de ces dix dernières années. Pointé du doigt, la baisse du sentiment d'autonomie. Selon les salariés interrogés par Malakoff Médéric, les entreprises ne privilégient pas ce que savent faire les salariés, leurs savoirs et leurs compétences... mais plutôt "les procédures imposées". Du reste, plus d'un travailleur sur deux a le sentiment "d'être ou de pouvoir être contrôlé à tout moment". Un chiffre lui aussi en hausse. Suivis de près, "marqués à la culotte", comme on dit en sport, par des indicateurs toujours plus nombreux, ils sont de moins en moins à "savoir exactement ce que l'on attend d'eux". Ils ne sont plus que 29% dans ce cas, contre 34% il y a sept ans.

En bref

Les salariés veulent faire du sport sur leur lieu de travail. Ca c'est un autre sondage qui le dit. Il nous provient de Decathlon, dont on comprend l'intérêt à défendre la cause du sport. Il montre qu'il y a un net décalage entre le fort désir des salariés à faire du sport sur leur lieu de travail... et le trop peu d'initiatives prises par les entreprises. 78% des répondants voudraient faire du sport si les conditions étaient réunies. Notamment le temps, la salle et les locaux pour se changer. Tandis que seules 12% des entreprises proposent à leurs salariés de pratiquer une activité physique au travail. Il s'agit dans l'ordre de marche, de football et de musculation.

Illustration d\'un salarié au travail, le 23 ocotbre 2013.
Illustration d'un salarié au travail, le 23 ocotbre 2013. (FRÉDÉRIC CIROU / MAXPPP)