C'est mon boulot, France info

C'est mon boulot. D'avocate à décoratrice d'intérieur

Tout l'été dans "C'est mon boulot" on s'intéresse à ceux qui ont changé de métier, changé de vie. Vendredi, Stéphanie Roche, passée de la carrière d'avocate à son nouveau métier de décoratrice d'intérieur. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Une décoratrice d\'intérieur arrange un bouquet de fleurs dans un salon.
Une décoratrice d'intérieur arrange un bouquet de fleurs dans un salon. (JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT / RADIO FRANCE)

Stéphanie Roche est devenue avocate, comme son père, et le métier l'a passionnée.
Mais elle découvre un milieu "rude" : "On part du principe que plus on pressure son collaborateur, plus il va être productif. C'était la management par la pression, parfois même dans certains cabinets par la peur." Pendant quinze ans, elle accepte de jouer le jeu mais la naissance de son premier enfant vient bouleverser la donne. Plus exactement son retour de congé maternité. On ne lui pardonne pas d'avoir levé le pied. Alors Stéphanie décide que c'est suffisant et qu'une décision très difficile est à prendre : "On est à avocat. Cela veut dire des années d'étude, cela veut dire qu'on a passé un concours et on a aussi un certain statut social et c'est compliqué de se dire que l'on va renoncer à ce statut social, cette rémunération aussi, pour un avenir incertain."

Pour le rendre moins incertain, Stéphanie va faire un bilan de compétence. Notamment parce qu'elle sait qu'elle a en elle, depuis longtemps, un très fort intérêt pour la décoration. Il s'agit d'en évaluer le poids. Ce bilan l'y a aidée. Stéphanie suit une formation à la décoration, mais surtout, elle réfléchit à son positionnement. C'est une nouvelle vie qui s'offre, avec un nouveau rythme : "J'ai déjà la gestion du temps. On organise, on est maître de son temps, et dans sa vie personnelle, c'est un gain qui est immense."

Une décoratrice d\'intérieur arrange un bouquet de fleurs dans un salon.
Une décoratrice d'intérieur arrange un bouquet de fleurs dans un salon. (JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT / RADIO FRANCE)