C'est mon argent, France info

C'est mon argent. Le portage immobilier

Pour permettre à un propriétaire endetté de s'en sortir, il est possible d'acheter sa maison ou son appartement et de louer ce logement à la personne dans le besoin. Une démarche toute nouvelle.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Une clef, symbole pour un propriétaire immobilier. Illustration
Une clef, symbole pour un propriétaire immobilier. Illustration (JONAS HAMERS / BELGA MAG)

Acheter une maison ou un appartement pour le louer à un propriétaire en difficulté c’est ce qu’on appelle du portage immobilier. C’est permettre à un propriétaire endetté de rester chez lui et d’éviter une saisie bancaire. Mais cela lui permet aussi de racheter son bien quand sa situation financière s’améliore. C’est une solution encore peu répandue.

C’est encore peu développé en France contrairement aux pays anglo-saxons. Cela a vraiment démarré chez nous entre 2014 et 2016. Des organismes de portage ou une startup – Stayhome par exemple – propose ce type de solution. Cela a le mérite de contourner le système bancaire quand on est en difficulté pour payer les mensualités de son crédit. Au total deux à trois millions de propriétaires en situation complexe pourraient être concernés.

Eviter la saisie où la vente dans de mauvaises conditions

Un exemple concret : votre maison vaut 200 000 euros et vous ne pouvez plus payer le crédit. Votre banque vous laisse le choix de vendre dans le meilleur des cas ou bien elle menace de vous saisir (15 000 saisies par an). Avec le portage c’est une solution alternative. Un investisseur va vous la racheter provisoirement, par exemple 160 000 euros, mais vous pouvez rester dans les lieux moyennant le paiement d’un loyer mensuel. Ce n’est pas de la philanthropie : le bien vous est payé de 20 à 30% en dessous de la valeur du marché et le loyer va rapporter à celui qui vous a acheté le logement en moyenne 6,5% par an avant impôt.

C’est donc une bonne affaire pour l’investisseur d’autant qu’il a la quasi garantie que l’occupant des lieux, son locataire, va prendre soin d’un logement qu’il compte récupérer dès que ses finances se seront améliorées. Mais en même temps c’est un geste éthique et solidaire puisque cela vient en aide à des personnes dont les banques ne veulent plus entendre parler.

Un investissement sur cinq ans

Ce n’est pas une vente définitive. C’est un investissement, un contrat sur cinq ans. Pendant ces cinq ans le locataire garde la possibilité de racheter son logement au prix payé par l’investisseur. Soit 160 000 euros si on conserve notre exemple. Il faut y ajouter tout de même les frais de notaire et les frais d’agence.

Le locataire peut aussi rechercher un acquéreur qui rachètera le bien au prix du marché (200 000 euros, selon notre exemple) et conserver la différence entre ce qu’il doit à l’investisseur (celui qui a réalisé le portage immobilier) et la valeur du bien.

Le risque est de perdre son bien, si on ne peut pas racheter au bout des cinq ans. C’est la tuile, l’investisseur devient définitivement le propriétaire. Mais ce sont des cas extrêmes. Des précautions sont prises pour s’assurer que le dossier est solide pour l’investisseur et que les propriétaires en difficulté seront en capacité de racheter leur maison. Il faut aussi que cette maison soit située dans une région où le marché immobilier est actif. Chez Stayhome, on ne retient que 10 à 15% des dossiers.

Une clef, symbole pour un propriétaire immobilier. Illustration
Une clef, symbole pour un propriétaire immobilier. Illustration (JONAS HAMERS / BELGA MAG)