Que faire en cas de transpiration excessive ?

La transpiration est un processus physiologique nécessaire pour réguler notre température, mais qui peut être parfois excessif.
Article rédigé par franceinfo - Martin Ducret
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 242 min
L'ionophorèse permet de plonger les pieds et les mains dans un récipient d’eau, où passe un courant électrique de faible intensité, et cela réduit la production de sueur. (Illustration) (SCIENCE PHOTO LIBRARY RF / GETTY IMAGES)

Martin Ducret, médecin et journaliste au Quotidien du Médecin, nous parle aujourd’hui de la transpiration, un processus physiologique normal chez chacun, qui permet de réguler notre température, mais qui peut être parfois gênant.

franceinfo : Dans quels cas la transpiration est-elle considérée comme exagérée ?

Martin Ducret : Tout d’abord, transpirer, c'est tout à fait normal ! C’est un processus de refroidissement pour réguler la température interne de notre corps, qui oscille autour de 37°C. En période normale, le corps produit environ un demi à 1 litre de sueur par jour, et bien plus en cas d’effort physique, de forte chaleur ou de stress.

Quand la transpiration devient excessive, on appelle ça l’hypersudation, ou l’hyperhidrose, et ça se caractérise par divers symptômes : par exemple, quand la transpiration des mains entraîne un inconfort pour tenir un objet, ou pour serrer la main de quelqu'un ; quand le corps transpire tellement que l’on craint de faire du sport ou de danser avec d’autres gens ; quand on est obligé de se doucher et de se changer plusieurs fois par jour. Des situations qui entraînent souvent une gêne sociale et psychologique importante.

Dans 10% des cas, cette hypersudation est généralisée sur l'ensemble du corps, et c’est souvent secondaire à une cause sous-jacente, que l’on peut traiter comme la ménopause, l’obésité, un problème de thyroïde ou certains médicaments. Mais dans 90% des cas l’hypersudation est localisée, c'est-à-dire qu’elle touche principalement les aisselles, les mains, les pieds ou le visage.

Quelles solutions peut-on proposer aux patients pour moins transpirer, en particulier ceux qui ont une forme localisée ?

Il y a d’abord des mesures simples à adopter, comme éliminer les aliments qui stimulent la production de sueur : la caféine, l’alcool ou encore la nourriture épicée. Il faut également privilégier des vêtements amples, en fibres naturelles (coton, lin, laine), et éviter les matières synthétiques. Pour ce qui est des traitements, il existe en vente libre à la pharmacie des antitranspirants à usage local, souvent à base de sels d'aluminium, qui permettent de bloquer la sécrétion de sueur.

Si malgré tout, l’hypersudation persiste, votre médecin dermatologue pourra vous proposer plusieurs séances de 20 minutes d’ionophorèse: l’idée est de plonger les pieds et les mains dans un récipient d’eau, où passe un courant électrique de faible intensité, qui réduit la production de sueur. Ça marche aussi pour les aisselles, avec des éponges mouillées munies d'électrodes.

Il y a également la possibilité de faire des injections de toxines botuliques, qui permettent de stopper la fabrication de sueur aux niveaux des glandes qui la sécrètent. Et vraiment, en dernier recours, il existe une opération chirurgicale pour couper les petits nerfs responsables de l’hypersudation des aisselles, du visage et des mains.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.