Cet article date de plus de deux ans.

C'est ma santé. Les tests Covid-19, PCR, antigéniques, salivaires, sérologiques

écouter (3min)

C'est l'une des armes pour essayer de stopper cette épidémie de Covid-19 : les tests, les tests antigéniques, salivaires ou sanguins. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
23 novembre 2020 : Dans une rue de Paris, sous une tente, des soignants réalisent des tests antigéniques pour détecter le Covid-19.  (THOMAS COEX / AFP)

Les tests pour détecter le virus du Covid-19 sont l'un des moyens pour essayer d'enrayer cette épidémie. Beaucoup de pharmacies proposent maintenant des tests antigéniques plus rapides que les tests PCR. On a le résultat en moins d'une demi-heure, ils peuvent aussi être effectués chez son médecin. Mais là, le mouvement n'a pas vraiment pris. Jean-Paul Hamon, médecin généraliste à Clamart et président d'honneur de la Fédération des médecins de France, nous apporte quelques précisions sur ces tests.

franceinfo : Jean-Paul Hamon, est-ce que vous-même, vous pratiquez ces tests antigéniques dans votre cabinet ? 

Alors, en tout et pour tout, j'en ai fait quatre. Le test antigénique, c'est intéressant quand on a chez soi, voire dans notre cabinet, quelqu'un de symptomatique. On lui fait le test, on a les résultats en cinq minutes. Bon, si le test est positif, c'est parfait. Si le test est négatif, on est obligé quand même – si la personne est symptomatique – de le faire confirmer par un test PCR. Alors la personne à qui on demande de faire deux tests avec l'écouvillon dans le fond de la narine en moins de 24 heures, ne saute pas de joie quand on lui dit qu'il faut en refaire un deuxième.

Et c'est pour ça qu'on attend avec impatience que les tests salivaires soient validés. Parce que c'est quand même moins désagréable de se faire chatouiller la gorge que de se faire trifouiller dans le fond des narines. 

Qu'est-ce qu'il faut faire quand on n'a pas de symptômes, mais qu'on veut être rassuré quand on va voir des personnes de notre entourage qui sont vulnérables ? 

Si on va voir des personnes qui sont vulnérables et qu'on a aucun symptôme, on peut toujours aller faire un test PCR pour être certain. Et puis ensuite, quand vous allez voir quelqu'un de votre famille – il va en être question pendant les vacances de Noël – il va falloir vraiment respecter les mesures barrières, plutôt que d'aller faire un test toutes les 24/48 heures.

Ce sera un Noël sans gros câlins, sans embrassades. Bon, mais il n'y a aucune inquiétude à avoir, parce que les petits-enfants seront certainement très briefés par leurs parents pour faire attention à leurs grands-parents. Et je pense que les familles pourront se voir, se parler, en étant chaudement couvert parce qu'il ne faudra pas oublier d'aérer les pièces.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.