C'est ma santé, France info

C'est ma santé. Les autotests au Covid-19 arrivent en pharmacie, mais le démarrage reste timide

Les autotests arrivent difficilement dans les pharmacies. Certains pharmaciens rencontrent toujours des problèmes d'approvisionnement, le ministère de la Santé a expliqué que le déploiement serait progressif durant la semaine. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Les autotests de dépistage du Covid-19 arrivent dans les pharmacies au compte-gouttes. (Illustration)
Les autotests de dépistage du Covid-19 arrivent dans les pharmacies au compte-gouttes. (Illustration) (DAREK SZUSTER / MAXPPP)

Jean-Paul Hamon, médecin généraliste à Clamart, et président de la fédération des médecins de France évoque aujourd'hui avec Solenne Le Hen la mise en place de cette nouvelle mesure pour lutter contre le coronavirus. Les autotests au Covid-19 sont en pharmacie depuis cette semaineCes tests à faire à la maison sont recommandés aux personnes asymptomatiques de plus de 15 ans.

franceinfo : Comment ça fonctionne ?

Jean-Paul Hamon : Ça fonctionne comme un test antigénique, c'est-à-dire avec un écouvillon dans la narine.

Les écouvillons, c'est de la même taille que les grands cotons tiges des tests de dépistage ?

C'est simplement un petit écouvillon qu'on met dans la narine jusqu'à 3 cm, alors qu'avec les tests antigéniques, avec les écouvillons qu'on fait en pharmacie ou en laboratoire ou chez le médecin, ça fait 10 cm ou 7/8 cm. Donc clairement, ce n'est pas le même désagrément. 

3 cm, c'est plus petit, mais quand même, il faut le rentrer dans son nez. Comment on fait ? Est ce qu'il vaut mieux se mettre devant un miroir ? 

Écoutez, pour rater sa narine, il faut vraiment être manchot...

Mais c'est pas évident quand même ! 

Vous mettez l'écouvillon dans la narine verticalement. Et puis vous l'enfoncez de trois centimètres, puis après vous suivez le mode d'emploi. Vous vous le faites tremper dans un petit tube et puis vous versez quelques gouttes sur le test, comme vous l'avez vu faire quand votre médecin ou votre pharmacien vous fait un test antigénique. Et puis, si il y a un trait, c'est négatif. Deux traits, c'est positif, donc c'est pas trop dur à faire. L'ennui, c'est que ça n'est valable que si c'est positif. 

Est-ce que c'est fiable d'ailleurs ? 

C'est la bonne question, c'est-à-dire que c'est fiable si c'est positif, si c'est négatif, ça ne veut strictement rien dire. Ça peut être faussement rassurant, si on n'a pas bien expliqué que un faux négatif, ça peut être quand même relativement fréquent. 

Est-ce que pour autant, c'est un outil intéressant dans l'arsenal anti-Covid ?

C'est un complément. C'est un complément qui n'est pas négligeable parce que c'est vrai que c'est rapide. Et puis, si c'est positif, vous prenez vos dispositions. Il faut aller confirmer le résultat par un test PCR, au moins pour que la Sécurité sociale puisse déclencher le dispositif de cas contact.

Les autotests de dépistage du Covid-19 arrivent dans les pharmacies au compte-gouttes. (Illustration)
Les autotests de dépistage du Covid-19 arrivent dans les pharmacies au compte-gouttes. (Illustration) (DAREK SZUSTER / MAXPPP)