Cet article date de plus de dix ans.

paria ou martyr ?

écouter
A première vue, il y a des "chasses aux sorciers" comme il y avait jadis des "chasses aux sorcières".
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

 Car c’est bien un procès en sorcellerie qui est désormais
instruit contre Dominique Strauss Kahn. DSK ne peut plus rien faire, plus rien
dire, plus rien entreprendre sans être précédé, accompagné, suivi et poursuivi
par la rumeur publique et la vindicte populaire.

En Angleterre,
vendredi soir, la prestigieuse université de Cambridge avait eu la très
mauvaise idée de l’inviter à venir causer d’économie. DSK y a été reçu comme un
satyre dans le dortoir des filles. Une manif, des slogans, des banderoles, des
injures, une bousculade et six gardes du corps pour le faire entrer, puis
l’exfiltrer par une porte dérobée, tête basse et regard fuyant.

Comme si DSK était
devenu un monstre qu’il convenait de harceler au nom du droit des femmes, de
l’ordre moral ou d’on ne sait quel appétit de lynchage.

Comme si DSK était
devenu un monstre qu’il convenait de harceler au nom du droit des femmes, de
l’ordre moral ou d’on ne sait quel appétit de lynchage. Car on n’est plus là
dans l’ordre judiciaire des choses mais dans l’exercice de la haine. Quand
l’avocat américain de Madame Diallo fait lui aussi le voyage de Cambridge pour ne
pas quitter le diable d’une semelle, pour le montrer du doigt et exciter les
manifestantes, il outrepasse légèrement sa fonction.

On peut penser ce
qu’on veut de DSK. Le trouver peu fréquentable. Se dire que la France l’a
échappée belle. Espérer que Nafissatou Diallo obtiendra réparation lors du
procès civil à New York. Souhaiter que lumière soit faite sur l’affaire du
Carlton de Lille. Bref, tout simplement attendre que passe la justice. Mais de grâce,
qu’on lui foute la paix quand il se promène dans la rue ou donne des
conférences sur invitation. Qu’on le sache, il dispose encore du droit de
bouger, de respirer, de parler, d’aller et venir. Il ne mérite pas le statut de
paria et encore moins celui de martyr.   

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.