"Dead stars", pour plonger dans l'univers sinistre d'une petite ville du Colorado

Gilbert Chevalier vous invite à lire "Dead stars", de Benjamin Whitmer, aux éditions Gallmeister. Un roman d'une noirceur sans pareille.
Article rédigé par Gilbert Chevalier
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
"Dead stars", le nouveau roman de Benjamin Whitmer. (EDITIONS GALLMEISTER)

Noir c'est noir

Les romans de Benjamin Whitmer sont sombres et ne présentent pas une vision optimiste de la société américaine. Cette fois, l’auteur nous emmène dans le Colorado, en 1986, au milieu des années Reagan, dans une petite ville façonnée par une entreprise et son usine de plutonium, une ville ouvrière sinistre et totalement dépendante de son unique employeur.

C’est là que vit un ouvrier de l’usine, seul avec ses enfants : sa fille Nat âgée de 17 ans, et son fils Randy qui en a 14. L’un des rares soirs où le père partage un verre avec ses voisins, son fils Randy disparaît. Des recherches sont lancées, mais comme la famille n’est guère appréciée dans la cité, elle ne peut pas compter sur le soutien des habitants : l’ombre du grand-père plane, et le père – qui a révélé des informations compromettantes sur son employeur – s’est mis à dos une grande partie de la communauté.

Une histoire d'une grande profondeur

Ce roman, intense, est le troisième d’une trilogie que Benjamin Whitmer consacre à des "villes usine". Cette fois-ci, avec l'entreprise de plutonium, l'histoire a de quoi déprimer les plus solides. La communauté est ravagée par l’alcool et la drogue, et la terrible réaction de la population à l’encontre du jeune père de famille – qui a eu le tort de dénoncer un scandale sur des failles dans la sécurité nucléaire – fait froid dans le dos.

Petite ville triste, donc, des pubs sinistres et des piliers de bars alcoolisés : Benjamin Whitmer décrit cet univers avec une grande finesse. Dans Évasion, l’un de ses précédents récits, il racontait comment une communauté était bousculée après l’évasion de 12 détenus de la prison autour de laquelle s’articulait une autre petite ville, déjà dans le Colorado. Cette fois-ci, la prison est à ciel ouvert : les "détenus" le sont librement et ne souhaitent pas s'échapper.

Ce roman sombre, d'une grande profondeur, est captivant. À noter que l'auteur, inconnu aux États-Unis, est une découverte en France de l'éditeur Gallmeister.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.