8h30 franceinfo, France info

Vœux d'Emmanuel Macron : "Entre les lignes, il y avait clairement du 2022", selon le politologue Bruno Cautrès

Bruno Cautrès, chercheur CNRS au Cevipof, le Centre de recherches politiques de Sciences Po, était l'invité de franceinfo, vendredi 1er janvier 2021.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Bruno Cautrès, chercheur CNRS au Cevipof, le Centre de recherches politiques de Sciences Po, était l\'invité de franceinfo, vendredi 1er janvier 2021.
Bruno Cautrès, chercheur CNRS au Cevipof, le Centre de recherches politiques de Sciences Po, était l'invité de franceinfo, vendredi 1er janvier 2021. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

"On a vu hier des éléments de langage qui commencent à être jalonnés par le chef de l'Etat, dans la perspective au-delà de 2021", a commenté vendredi 1er janvier sur franceinfo Bruno Cautrès, chercheur CNRS au Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof) au lendemain des vœux du président de la République qui se projette, selon lui, vers la prochaine campagne présidentielle. "Entre les lignes, il y avait clairement du 2022", selon le politologue.

"Il y a eu plusieurs moments où on a eu le sentiment qu'Emmanuel Macron disait adieu à 2020 et bonjour à 2022, poursuit Bruno Cautrès. Il a rappelé huit ou neuf mesures qui ont été décidées ou mises en œuvre, non seulement par rapport à la crise mais même un peu au-delà. Et il a terminé cette séquence en disant qu'aucun autre pays n'avait fait aussi bien que la France, n'avait distribué autant, donc on est là très clairement dans la perspective de 2022."

Une volonté d'incarner une "proximité"

Le politologue a relevé l'énumération par le chef de l'Etat de 17 prénoms "qui incarnaient chacun une région, un métier". Une "innovation" qu'il juge "assez bien vue. Emmanuel Macron a voulu la jouer presque à l'anglo-saxonne", en mettant "en avant des exemples de civisme, de solidarité, de générosité. C'était un moment très important."

Cette séquence de l'allocution présidentielle marque selon lui une volonté de changer l'image parfois distante du président : "Emmanuel Macron a essayé à de très nombreuses reprises depuis deux ou trois ans d'incarner cette proximité. De ce point de vue-là, c'était assez réussi", analyse-t-il.

Retrouvez l'intégralité du "8h30 franceinfo" du vendredi 1er janvier 2021 :

Bruno Cautrès, chercheur CNRS au Cevipof, le Centre de recherches politiques de Sciences Po, était l\'invité de franceinfo, vendredi 1er janvier 2021.
Bruno Cautrès, chercheur CNRS au Cevipof, le Centre de recherches politiques de Sciences Po, était l'invité de franceinfo, vendredi 1er janvier 2021. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)