Retraites, Elon Musk, dette publique, RSA... Ce qu'il faut retenir de l'interview de Fabien Roussel

Le secrétaire national du PCF était l'invité du "8h30 franceinfo", mardi 20 juin 2023.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 26 min
Fabien Roussel, secrétaire national du PCF était l'invité du "8h30 franceinfo", mardi 20 juin 2023. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

Fabien Roussel, député du Nord, secrétaire national du PCF était l'invité du 8h30 franceinfo, mardi 20 juin 2023. Retraites, Elon Musk, dette publique, RSA... Il répond aux questions de Marc Fauvelle et Salhia Brakhlia.

Rapport du COR : "Il n'a aucune valeur"

En dépit de la réforme, le système des retraites sera toujours en déficit en 2030, selon le Conseil d’orientation des retraites. Ce rapport "n'a aucune valeur à partir du moment où il se base sur des projections qui ne tiennent pas compte de la nécessaire évolution des salaires dont nous avons besoin dans le pays", réagit Fabien Roussel.  "Le COR se base sur un système économique purement capitaliste", donc "ça fait des projections où il y aura des déficits", explique-t-il.

Fabien Roussel rappelle "la nécessité d'augmenter les salaires, de créer des emplois dans les services publics, de réindustrialiser le pays". Selon lui, le système des retraites "doit être financé par les salaires et par l'emploi". On doit "créer suffisamment de richesse permettant de partir plus tôt en retraite", dit-il.

Tesla : "Welcome Elon !"

Le milliardaire Elon Musk, patron de Tesla, est le bienvenu en France explique Fabien Roussel : "Bienvenue Elon, Welcome in France, no problem !", a-t-il lancé. "Moi, demain, président de la République, je créerai toutes les conditions pour qu'une usine Tesla vienne s'installer en France dans les Hauts-de-France", a-t-il affirmé. En visite en France pour le sommet VivaTech, Elon Musk a rencontré Emmanuel Macron qui tente de le convaincre d'installer son usine de batteries en France.

Fabien Roussel a appelé le président de la République à être "cohérent". D'un coté, "on crée les conditions pour qu'Elon Musk vienne construire une usine Tesla en France, mais de l'autre, la Clio, la 208, la C3, la Captur, la Dacia Spring, tous ces véhicules français de Peugeot et Renault sont produits à l'étranger", a-t-il regretté. Fabien Roussel ferait pression sur les constructeurs automobiles français : "J'accueille Tesla, j'accueille Elon Musk, mais en même temps, j'interdis à Peugeot et à Renault de continuer de délocaliser à l'étranger".

Réduction de la dette publique : "Je m'y oppose totalement"

Fabien Roussel s' "oppose totalement" à la volonté de Bruno le Maire de réduire la dette publique en France : "Il a une crampe mentale, il a une partie du cerveau, à mon avis, qui s'empêche de penser que l'on peut augmenter le budget de l'État", a-t-il ironisé.

"Nous avons besoin d'investir dans l'école, dans la santé, dans les transports publics, dans la sécurité et la tranquillité publique de nos citoyens, dans les douanes, pour stopper les trafics. Nous avons besoin de tous ces services publics, donc il ne faut pas réduire la dépense publique", a-t-il affirmé.

Taxer les autoroutes : Bruno Le Maire a un "petit réveil"

Fabien Roussel salue le "petit réveil" de Bruno Le Maire qui "étudie l'option" d’une nouvelle taxe pour les concessionnaires d'autoroutes. "Il commence à découvrir le principe de taxer les dividendes quand ils sont vraiment exagérés", a-t-il expliqué. "Mais taxer sur les dividendes n'aura jamais le même impact que renationaliser ces autoroutes."

Réforme du RSA : "Ça va créer de la misère"

La réforme du RSA proposé par le gouvernement "va créer de la grande misère", selon Fabien Roussel. Le versement du RSA va être conditionné à la réalisation de 15 à 20 heures d’activités par semaine.

Fabien Roussel propose "qu'il n'y ait plus de bénéficiaires du RSA, parce que tous auront un travail avec un vrai salaire". Un emploi "qui donne de la dignité, dont on est fier, qui permet de vivre, d'élever ses enfants, de sortir au restaurant, de partir en vacances, qui donne de la dignité". "Ce n'est pas un travail précaire, ce n'est pas un travail qui nous permette de passer de la misère à la pauvreté. Ce n'est pas un travail précaire, ce n'est pas un travail à temps partiel, c'est un travail qui permet de vivre", a-t-il souligné.

-----------------------------

Retrouvez l'intégralité du "8h30 franceinfo" du mardi 20 juin 2023 :

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.