Nouveau gouvernement, grève des diplomates et guerre en Ukraine... Le "8h30 franceinfo" de Nathalie Loiseau

écouter (26min)

La députée européenne Renaissance et ancienne ministre en charge des affaires européennes était l'invitée du "8h30 franceinfo" du samedi 21 mai. Elle répondait aux questions d'Ersin Leibowitch et Myriam Encaoua.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.

La députée européenne Renaissance et ancienne ministre en charge des affaires européennes était l'invitée du "8h30 franceinfo" du samedi 21 mai. Elle répondait aux questions d'Ersin Leibowitch et Myriam Encaoua.

Nouveau gouvernement : "Un mélange de continuité et d'ouverture"

Le gouvernement d'Elisabeth Borne, annoncé vendredi 20 mai, est "un mélange de continuité et d'ouverture à des profils très différents", salue Nathalie Loiseau. Alors qu'Emmanuel Macron avait annoncé un changement de politique, l'opposition critique le maintien au gouvernement de 15 ministres de la précédente équipe. "Il y a, à la fois, des piliers restent, dans un moment où les choses ne sont pas faciles, et puis aussi des visages nouveaux", a défendu Nathalie Loiseau.

"Je comprends l'inquiétude" des diplomates

Nathalie Loiseau a indiqué qu'elle n'est "pas sûre de comprendre" la réforme de la haute fonction publique voulue par Emmanuel Macron. Opposés à cette réforme qui prévoit la disparition du corps diplomatique en 2023, des syndicats appellent à la grève le 2 juin au Quai d'Orsay. "Je comprends l'inquiétude", affirme Nathalie Loiseau, elle-même issue du corps diplomatique. 

"Ce sont des métiers qui s'apprennent, on n'est pas interchangeables", souligne l'eurodéputée. "Un diplomate ne ferait pas un bon sous-directeur au ministère de l'Agriculture, ça n'est pas vrai", dit-elle. "N'importe qui ne peut pas être consul au Kurdistan aujourd'hui", ajoute-t-elle, à titre d'exemple.

Guerre en Ukraine : un embargo sur le pétrole russe est "indispensable"

Nathalie Loiseau a estimé '"indispensable" que l'Union européenne mette en place un embargo sur le pétrole russe. "Chaque jour, nous, Européens, finançons la guerre de Vladimir Poutine à hauteur de 800 millions d'euros, il faut que ça s'arrête", souhaite l'ancienne ministre en charge des affaires européennes qui s'est rendue à Boutcha, en Ukraine, pour y constater les atrocités commises par les troupes russes.

Retrouvez l'intégralité du "8h30 franceinfo" du samedi 21 mai 2022 :

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.