Cet article date de plus d'un an.

"La priorité est d'avoir une Première ministre", plaide l'eurodéputé macroniste Pascal Canfin

Pascal Canfin, eurodéputé LREM, président de la commission Environnement au Parlement européen, était l'invité du 8h30 franceinfo le mardi 26 avril. Il a plaidé pour la nomination d'une femme à Matignon.

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 25 min
Pascal Canfin, eurodéputé LREM et président de la commission Environnement au Parlement européen, était jeudi 26 avril l’invité du 8h30 franceinfo.  (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

"Ça fait 30 ans qu'on n'a pas eu de Premier ministre femme, je pense que la priorité est d'avoir une Première ministre", a assuré Pascal Canfin, député européen macroniste et président de la commission Environnement du Parlement européen, mardi 26 avril sur franceinfo. Pour lui, il s'agit d'une "anomalie". Il se refuse toutefois à "donner des noms". "C'est la responsabilité du président de la République", a-t-il rappelé, "ce n'est pas mon rôle, ce serait absurde". La socialiste Édith Cresson, unique femme Première ministre dans l'histoire française, est restée à Matignon de mai 1991 à avril 1992.

>> Quels seraient les pouvoirs de Jean-Luc Mélenchon ou Marine Le Pen si Emmanuel Macron nommait l'un d'eux Premier ministre ?

Pascal Canfin a fermé la porte à toute ambition ministérielle, alors qu'Emmanuel Macron réfléchit à la composition du prochain gouvernement. "Je m'occupe aujourd'hui du Green deal, de la transition écologique pour 450 millions d'européens, l'immense majorité des solutions à la lutte contre le dérèglement climatique passent par l'Europe, je pense que je suis servi aujourd'hui, j'ai beaucoup de choses à faire, je pense que j'ai un impact qui est très significatif, modestement", a-t-il affirmé.

"Un changement institutionnel majeur"

Il s'est par ailleurs félicité du fait que le prochain ou la prochaine locataire de Matignon "aura directement en charge le changement climatique et la lutte contre le changement climatique". Durant sa campagne, Emmanuel Macron a en effet indiqué que la personne retenue devra diriger la planification écologique. "On planifie les transitions, c’est-à-dire qu'on organise avec les secteurs économiques concernés, l'énergie, les voitures, les camions, l'isolation des bâtiments, le passage à une économie zéro carbone", a expliqué l'eurodéputé.

Pour lui, "c'est un changement institutionnel absolument majeur" car historiquement, "le ministère de l'Écologie est un peu isolé face aux autres". Or, "on le sait, on ne gagnera cette bataille du climat que si on le met au cœur des politiques publiques". "Qui est au cœur des politiques publiques ? Le Premier ministre", a-t-il rappelé.

Interrogé sur l'ambition de Jean-Luc Mélenchon de devenir Premier ministre dans le cadre d'une cohabitation, il a estimé que ce serait "aller un peu loin", tout en reconnaissant "un point d'accord sur la planification écologique" avec l'ancien candidat de La France insoumise à la présidentielle. Il a aussi admis que l'Insoumis a fait avancer la cause écologiste dans la campagne. "Ce serait totalement sectaire de dire le contraire", a-t-il indiqué.

Retrouvez en vidéo l'intégralité du 8h30 franceinfo de Pascal Canfin face à Salhia Brakhlia et Marc Fauvelle.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.