Éducation, TVA à taux zéro sur les produits de première nécessité... Le "8h30 franceinfo" de Julien Odoul du mercredi 26 juin 2024

Julien Odoul, porte-parole du Rassemblement national, député sortant de l’Yonne, était l’invité du “8h30 franceinfo”, mercredi 26 juin 2024.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 47 min
Julien Odoul, porte-parole du Rassemblement national, député sortant de l’Yonne,  mercredi 26 juin 2024. (FRANCEINFO/RADIOFRANCE)

Julien Odoul, porte-parole du Rassemblement national, député sortant de l’Yonne, était l’invité du “8h30 franceinfo”, mercredi 26 juin 2024. Programme du RN, TVA, retraites, école... Il répondait aux questions de Jérôme Chapuis et de Salhia Brakhlia. Éducation

"TVA à taux zéro sur les produits de première nécessité"

"Nous souhaitons toujours une TVA à taux zéro sur les produits de première nécessité", affirme Julien Odoul, porte-parole du Rassemblement national et député sortant de l’Yonne (Bourgogne-Franche-Comté). "Cette mesure sera débattue à l'automne prochain dans le cadre du projet de loi de finances pour 2025", indique-t-il.

Cette TVA à taux zéro concernerait un panier de cent produits "alimentaires ou d'hygiène" comme "le pain, le beurre, les pâtes, le shampoing et le gel douche", explique le porte-parole du RN. Julien Odoul affirme que cette mesure est viable économiquement, car "l'État français est un État extrêmement riche" et que "d'énormes économies" seront réalisées dans "d'autres domaines", sans donner plus de détails sur le financement de cette TVA à taux zéro. 

Dans le programme du Rassemblement national pour les législatives, la "suspension de la TVA sur une centaine de produits de première nécessité" n'est évoquée qu'en cas de "forte inflation". Il s'agissait d'une des promesses de campagne phare de Jordan Bardella lors des dernières élections européennes et de Marine Le Pen pendant la campagne présidentielle de 2022.

 À l'école : portable interdit, uniforme et vouvoiement 

"Nous souhaitons que les élèves français soient fiers de leur Histoire de France, de leur identité nationale, fiers de leur langue, de leur culture", affirme le député Rassemblement national Julien Odoul, candidat à sa réélection dans la troisième circonscription de l'Yonne. Il dénonce des "programmes plutôt favorables au communautarisme, à une forme de wokisme". Il regrette des "orientations idéologiques" et appelle à des programmes "justes, notamment sur le volet historique" pour que les élèves soient "fiers" de la France. 

Julien Odoul inssite sur le "principe de neutralité" des enseignants face aux "partis pris" et autres "orientations idéologiques". Autre volet prioritaire pour le parti d'extrême droite, celui des "savoirs fondamentaux". Il faut "mettre le paquet sur la lecture, l'écriture, le calcul, l'Histoire de France, bien évidemment, les valeurs civiques bien évidemment, la laïcité", assure-t-il. Le chef de file du RN pour les législatives, Jordan Bardella, a en outre proposé "un big bang de l'autorité" à l'école "dès la rentrée de septembre". Il a détaillé lundi plusieurs mesures comme le "vouvoiement des enseignants" obligatoire, la poursuite des "expérimentations du port de l'uniforme" ou encore l'interdiction des téléphones – déjà proscrits par la loi à l'école et au collège - au lycée.

"Pas de 49.3 si le RN est au pouvoir"

"On respectera le temps du Parlement." Le député sortant de l'Yonne Julien Odoul a assuré, qu'en cas d'arrivée au pouvoir, son parti, le Rassemblement national, "ne dirigera[it] pas par 49.3, on respectera la représentation parlementaire".

"Emplois sensibles" interdits aux binationaux

Interdire les "emplois sensibles" aux binationaux est une mesure "au nom des intérêts supérieurs de la nation et de la sécurité de notre pays", affirme Julien Odoul, porte-parole du Rassemblement national et député sortant de l’Yonne.

"Les emplois stratégiques liés à la défense, la sécurité, au renseignement seront réservés aux citoyens français" et ces postes ne peuvent pas être "occupés par des gens qui ont une autre nationalité" pour "s'épargner des risques potentiels", comme aux États-Unis, ajoute-t-il.

Progressivité de l'âge du départ à la retraite

"On ne fait pas des économies sur les retraites de nos concitoyens", rassure Julien Odoul, assurant que "de l'argent, il y en a dans notre pays"

Voir l'émission en intégralité :

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.